Notre critique de Tár, en lice pour l'Oscar du meilleur film: une œuvre qui ne peut que diviser

Les musicologues et cinéphiles pointus devraient adorer, mais l’hermétisme des dialogues et la radicalité de la mise en scène risquent de laisser beaucoup de spectateurs sur le carreau.

Certains films ne peuvent que diviser. Et pas seulement la critique et le grand public. Tár, de Todd Field (qui repasse derrière la caméra 17 ans après Little Children), en constitue un exemple flagrant. La radicalité de sa mise en scène,...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité