Manipulation . Titre original : Deception ...

BRUXELLES Déjà installé dans le registre maléfique depuis Le prestige , le thriller de Christopher Nolan où il jouait les duellistes de la prestidigitation face à Christian Bale, l'acteur australien Hugh Jackman a lui-même produit cette Manipulation qui coïncide avec les débuts à la mise en scène de Marcel Langenegger.

Un comptable sans histoire, qui met son talent au service de grosses boîtes impersonnelles, croise un avocat avec lequel il se lie rapidement d'amitié. Parties de tennis, sorties en boîte, il s'ouvre ainsi à des horizons qu'il ne connaissait pas. Mais il tombe ensuite dans un jeu de piste coquin , qui lui fait rencontrer, d'une chambre d'hôtel à l'autre, des créatures du beau sexe et de genres très différents. Ce qu'il va bientôt découvrir, c'est qu'il est l'objet d'un plan machiavélique dont le but est une escroquerie sans précédent...

Face à M. le Mauvais Jackman qui a vraiment l'air de s'en donner à cœur joie dans un rôle qu'il s'est donc taillé sur mesure, Ewan McGregor fait preuve d'un charisme exceptionnel dans le rôle du cave qui se rebiffe . Hélas !, le scénario de Mark Brombach est tarabiscoté à outrance, et le puzzle est tellement brouillé qu'on se perd dans les pires invraisemblances, lesquelles conduisent même à un final qui tombe complètement à plat.



© La Dernière Heure 2008