Sa prestation en pilote d’avion alcoolique qui sauve 200 personnes dans Flight lui vaut une nomination aux Oscars

FLIGHT Tout comme Bradley Cooper ( Happiness Therapy ), Hugh Jackman ( Les Misérables ) et Joaquin Phoenix ( The Master ), Denzel Washington aura tout intérêt à profiter du tapis rouge des Oscars le 24 février. Car, en dépit de sa performance remarquable en pilote alcoolique et drogué qui sauve la vie de près de 200 personnes dans Flight , il est peu probable qu’il décroche un troisième prix d’interprétation (après ceux pour Glory en 1990 et Training Day en 2002) au nez et à la barbe du grandissime favori, Daniel Day-Lewis ( Lincoln ).

Flight m’a offert un des plus beaux challenges de ma carrière d’acteur et c’était un honneur d’être dirigé par Robert Zemeckis , a-t-il expliqué avec beaucoup de modestie. C’est toujours sympa de revenir dans le show et ce sera amusant de passer la soirée avec le scénariste John Gatins qui a aussi été nominé.”

À 58 ans, il ne court plus après les honneurs. Et réfute même le statut de star. Qu’est-ce qu’une célébrité, de toute façon ? Paris Hilton est une célébrité. Moi, je suis juste un acteur qui travaille.”

Avec un sérieux dont feraient bien de s’inspirer quelques-uns de ses collègues. Car rien n’est laissé au hasard dans sa prestation. Pour la préparation, je suis notamment allé sur Internet, a-t-il précisé lors de sa conférence de presse parisienne. Sur YouTube, j’ai tapé ‘drunks’. Je suis sérieux ! Apparaissent alors des centaines et des centaines d’images. De toutes sortes. Je ne voulais pas trop me pencher sur celles des AA (Alcooliques Anonymes) ou sur Comment devenir un alcoolique, parce qu’il ne pense pas être alcoolique. C’est juste un gars qui boit. Dans mon esprit, il est comme un quidam qui s’est pris une cuite pendant la semaine et ne sait pas à quel point il a été trop loin. Sur YouTube, on voit un type qui essaie de mettre ses tongs. Cela dure cinq minutes. Il glisse, réessaie de mettre ses tongs et il repousse un passant qui veut l’aider. Je ne devrais pas rire, pauvre homme. Il avait vraiment besoin d’aide mais pensait avoir accompli quelque chose. De ça, je me suis inspiré.”

Pas de sa propre expérience, donc. Et encore moins de cette mésaventure qui lui est survenue dans les années 80 sur le tournage de Queen and Country , récemment évoquée dans The Guardian . Nous devions prétendre être ivres pour les besoins d’une scène. Avec mon partenaire, nous nous sommes dit  : Man, buvons pour de vrai ! Nous avons vidé quelques scotchs et nous nous trouvions plutôt cool en jouant. Mais le réalisateur est intervenu : Qu’est-ce qui ne va pas chez vous, les gars ? Nous pensions avoir l’air sauvages mais nous étions juste ennuyeux. Le metteur en scène était furieux et cela m’a servi de leçon. C’est la dernière fois que j’ai bu quand je travaillais. Parce que cela ne marche pas. J’ai tourné avec des acteurs qui avaient franchi cette ligne et cela n’en valait pas la peine. On pense se donner à 100 % alors qu’on ne livre qu’une piètre prestation.”

Tout en reconnaissant avoir pris son pied dans le simulateur de vol, Denzel Washington s’est énormément concentré pour rester le plus calme possible, la tête en bas pendant que tout le monde hurlait autour de lui.

“À l’armée ou dans les films , on m’a toujours dit de me fier à mon entraînement. Et de ne pas paniquer. L’important, même dans les situations les plus folles, c’est de rester le plus calme possible, de se contrôler parce que, en tout premier lieu, s’inquiéter ne va en rien aider. Si cela ne marche pas, alors on passe au plan B. Pour faire en sorte que tout le monde se calme, il faut que quelqu’un reste calme. Evans, mon copilote, devient dingue. Et Tamara (l’hôtesse, NdlR) aussi. Il faut donc se montrer assez méthodique : vous devez sauver vos arrières.”

Sa nomination pour l’Oscar du meilleur acteur prouve qu’il l’a bien fait.



© La Dernière Heure 2013