Après un week-end d'angoisse, tout le septième art dans son ensemble peut pousser un gros soupir de soulagement. Le retour tant attendu du blockbuster roi a été couronné de succès. Et même bien au-delà des espérances. Selon tous les analystes hollywoodiens, la sortie de Tenet dans une quarantaine de pays hors USA et Chine (il n'est attendu que les 3 et 4 septembre sur les écrans des deux plus grands marchés mondiaux) devait engranger entre 25 et 40 millions de dollars pour son démarrage. Or, les résultats sont largement supérieurs: 53 millions au total. Dont 37 millions en provenance de l'Europe, de l'Afrique et du Moyen-Orient. La petite Belgique contribue à elle seule à 526.439 €, ce qui correspond à 54.000 spectateurs. Cela correspond à 40 % des entrées dans les salles UGC, et 45 % dans les Kinepolis. Ce qui montre bien que les cinéphiles attendaient avec impatience le retour des blockbusters.

"C'est un démarrage fantastique à l’international, nous ne pourrions pas être plus ravis", a explique le président de Warner Bros. Pictures Group,Toby Emmerich. “Christopher Nolan est une nouvelle fois parvenu à réaliser un événement qui demande à être vu sur grand écran. C'est excitant que constater que le public a l'occasion de voir Tenet sur grand écran." On peut aisément comprendre sa joie: le budget du long métrage s'élève à 200 millions de dollars, hors frais de promotion, les enjeux financiers étaient donc considérables.

Tous les autres studios ont aussi suivi la situation de très près. Un échec commercial et les autres tentpoles (le nom qu'on donne désormais aux blockbusters à Hollywood) auraient probablement été déprogrammés, histoire de ne pas perdre des fortunes. Par contre, le fait que le public soit prêt à retourner massivement dans les salles pourrait amener les Majors a revoir leur stratégie, afin d'éviter l'embouteillage du début d'année 2021 et, surtout, de ne pas laisser dormir autant d'argent pendant des mois.

Il ne reste plus qu'à espérer qu'on puisse bientôt se rendre au cinéma sans porter ce fichu masque, histoire de profiter pleinement d'une expérience qui nous a beaucoup manqués ces derniers mois.