Avant la reprise de Caméra Café , Bruno Solo nous livre ses impressions sur le film

BRUXELLES Ex-Bruxellois d'adoption (il a vécu dans le quartier des Marolles, près de la place du Jeu de Balle), Bruno Solo explique comment, avec son vieux complice Yvan Le Bolloc'h, il a voulu ramener au grand écran une part de leur séminaire.

"C'est assez simple : nous avions le sentiment de n'avoir pas été vraiment au bout des choses avec Espace détente, notre premier film qui suivait de peu le dernier épisode de Caméra Café. Là, on s'était contentés de poser juste la caméra. À l'époque, je pense que c'était une solution honnête. Mais ce film était celui d'acteurs filmés par des acteurs. Il n'y avait aucune véritable audace de cinéma. Cette fois, c'est tout à fait différent."

Plus cinématographique, donc, ce séminaire : "Nous avons fait appel à un vrai metteur en scène qui nous a fait un vrai film, avec des scènes d'action, etc. Mais le plus amusant est qu'on en est revenu à un projet original qu'Yvan et moi avions élaboré en 2003, qui consistait à faire sortir le petit monde de Caméra Café du couloir et de l'ascenseur. À l'époque, toutefois, nous n'avons pas eu le courage d'enlever des personnages..."

Chose qui semble avoir été moins ardue pour ce deuxième essai : "Cette fois, nous avons eu moins de scrupules. En resserrant les personnages, on augmentait l'efficacité sur le plan cinématographique."

Quant à savoir si Le séminaire prend une autre dimension encore en raison de la crise économique qui s'est déclenchée après le tournage, Bruno Solo n'est pas loin de l'affirmer, sans pour autant être tout à fait d'accord. L'acteur se montre en fait plutôt nuancé : "C'est le hasard de l'actu mais au fond ce n'est qu'un demi-hasard. Le monde de concurrence et de mesquinerie dans lequel on vit depuis des années devait connaître un jour un coup d'arrêt."

Lorsqu'il s'agit d'évoquer le fondement et le but même d'un séminaire par contre, Bruno Solo a un avis bien plus tranché : "Théoriquement, un séminaire sert à renforcer les liens entre le patron et ses cadres, mais en fait, il donne surtout l'illusion qu'après ça on connaît mieux ce patron."

Illusion tronquée, d'après lui : "En fait, on découvre en fin de compte que quelques jours plus tard, devant la machine à café, il ne sait toujours pas qui vous êtes ! Mais qu'importe s'il s'agit d'une technique de management inutile ou non, je pense que c'était une excellente base pour une comédie."

Par ailleurs, la sortie du Séminaire précède de quelques mois la reprise de Caméra Café sur le petit écran.

"Nous avions tourné très exactement 703 épisodes entre 2001 et 2004. Là, on prépare le tournage de 200 nouveaux épisodes avec une quinzaine de comédiens supplémentaires qui débarquent. Cela va nous prendre une année entière de travail à temps-plein."



© La Dernière Heure 2009