Les derniers films d’Angelina Jolie, Brad Pitt, Sandra Bullock, Julia Roberts ou Nicole Kidman sont des échecs commerciaux

Le star system ne tremble pas sur ses bases, loin de là, mais cela va devenir de plus en plus compliqué pour les comédiens les plus glamours de la planète d’obtenir encore et toujours des cachets exorbitants. Les chiffres du box-office américain sont là pour le prouver : la présence d’une idole ne garantit vraiment plus le succès d’un long métrage.

By the sea en offre l’exemple le plus dramatiquement criant. Angelina Jolie a bénéficié d’un budget de 25 millions de dollars (plus 15 pour le marketing) pour sa troisième réalisation. Dans laquelle elle joue aux côtés de Brad Pitt. Difficile de trouver plus attirant. Et pourtant, en dix jours d’exploitation, il n’a rapporté que 900.000 $ au box-office américain. Une misère.

La situation n’est guère plus réjouissante pour Julia Roberts. Pourtant associée à Nicole Kidman et la star montante Chewitel Efjiofor dans Secret in their Eyes, elle a réalisé le pire démarrage de sa carrière : seulement 6,6 millions de dollars de recettes aux USA.

Même constat pour une autre star habituée à faire un malheur au box-office : Sandra Bullock. Our Band is Crisis, dans lequel elle joue une conseillère pour l’élection présidentielle colombienne, n’a rapporté que 6,9 millions de dollars en dix jours d’exploitation. Vraiment très peu pour un film qui a officiellement coûté 28 millions de dollars (auxquels il faut ajouter les frais de promotion) et qui est produit par George Clooney.

C’est clair, aujourd’hui, les spectateurs veulent voir des superhéros, des projets enthousiasmants, des sagas, mais pas juste des stars. Surtout dans des films très personnels qui leur sont accordés en échange de leur participation dans des blockbusters. Le temps des salaires royaux semble toucher à sa fin à Hollywood.