La conférence de presse de la sélection du Festival de Cannes 2016 a commencé avec quelques minutes de retard. En cause, des guest stars de dernières minutes : la Coordination des Intermittents (français), pas du tout contents du scénario concoctés par la ministre française du Travail, Myriam El Khomri.

Le président du Festival Pierre Lescure et le délégué général Thierry Frémaux ont ensuite pris la parole. Le deuxième a donné quelques chiffres en guise de préambule, pour souligner une nouvelle fois l'ampleur du Festival. Pour arriver à la vingtaine de longs métrages en compétition officielle au Festival de Cannes, 1 869 longs métrages ont été visionnés pour 49 sélectionnés.

L'an dernier, 1 854 films avaient été proposés. Ils étaient quelque 1 800 en 2014 et 1000 il y a quinze ans, a souligné le délégué général. Vingt-huit pays sont représentés : "Nous veillons et tenons à l'universalité du monde du cinéma" affirme Thierry Frémaux.

Universalité

Cette universalité, c'est aussi la diversité, cet équilibre difficile que cherche chaque année Thierry Frémaux et ses équipes, entre cinéma d'auteur, révélation et visibilité à travers des stars ou réalisateurs emblématiques. Le délégué général s'en défend, mais il faut bien admettre un fort sentiment de familiarité à la lecture de noms des auteurs des vingt films de la compétition, des dix-sept de la sélection parallèle Un Certain Regard et des onze hors compétition ou en séances spéciales.

Sans grande surprise, on retrouve donc en compétition Olivier Assayas, Pedro Almodovar, Andrea Arnold, Xavier Dolan ou Park Chan-wook. Parmi les anciens "palmés" d'or, quatre réalisateurs : Ken Loach, Cristian Mungiu et Jean-Pierre et Luc Dardenne - dont "La fille inconnue" pourrait leur permettre de décrocher une troisième palme d'or. Le premier est le recordman des compétitieurs - c'est ça douzième sélection. Et les deux réalisateurs belges célèbrent leur septième sélection consécutive, depuis "Rosetta" en 1999. Le Roumain Mungiu sera en compétition avec son compatriote Cristi Puiu - dont "La Mort de Monsieur Lazarescu" avait été présenté à Un Certain Regard en 2005.

Français et Américains en force

Chez les réalisateurs français, outre Olivier Assayas et son "Personal Shopper" où il retrouve Kristen Stewart, on trouve trois représentants de poids : Nicole Garcia, avec "Mal de pierres" et qui aligne dans les rôles principaux Marion Cotillard et Louis Garrel ; Bruno Dumont pour «Ma Loute» qui réunit Fabrice Luchini, Juliette Binoche et Valeria Bruni-Tedeschi et, nouveau venu en compétition, Alain Guiraudie, qui avait fait sensation avec «L'inconnu du lac» à Un Certain Regard, il y a trois ans, "monte" en compétition officielle avec son nouveau long métrage «Rester vertical».

Le cinéma américain reste bien présent. En compétition avec trois auteurs - deux "habitués" et un nouveau venu en compétition : Jim Jarmush, Sean Penn et Jeff Nichols. Le premier a aussi un documentaire sur Iggy Pop qui sera présenté hors compétition. Jeff Nichols, après la Semaine de la Critique et Un Certain Regard, accède en toute logique à la compétition.

Hors compétition, on découvrira aussi les nouveaux films de Steven Spielberg et Jodie Foster.

On note aussi le retour de l'Allemagne en compétition, avec un premier film d'une réalisatrice, Maen Ade. Au total, la sélection officielle aligne sept premiers films - une bonne moyenne. Et, point régulièrement délicat, la compétition aligne cette année trois films signés par des femmes - on est loin de la parité, mais c'est mieux que le "rien" de l'année dernière...

Les absents

Parmi les noms qui avaient été cités comme potentiellement sélectionnables, et qui se retrouvent absents de la sélection, on relève notamment ceux de Martin Scorsese, Kiyoshi Kurosawa et Bertrand Bonello. A en croire Thierry Fréamux, les films des deux premiers ne seraient pas terminés et il n'aurait pas vu le dernier.

D'autres enfants chéris de Cannes se retrouvent en marge de la compétition. C'est notamment le cas de Hirokazu Kore-Eda, dont "After Storm" sera présenté à Un Certain Regard.

Petite nouveauté : il n'y aura pas de film de clôture inédit cette année. En lieu et place, ce sera le film récompensé de la Palme d'or qui sera projeté.

Les sélections des sections parallèles, la Quinzaine des Réalisateurs et la Semaine de la Critique, seront présentées la semaine prochaine.

Compétition:

"Toni Erdmann" de Maen Ade

"Julieta" de Pedro Almodovar

"American Honey" d'Andrea Arnold

"La fille inconnue" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

"Personal Shopper" d'Olivier Assayas

"Juste la fin du monde" de Xavier Dolan

"Paterson", de Jim Jarmusch

"Rester vertical", d'Alain Guiraudie

"Mal de Pierres" de Nicole Garcia

"I, Daniel Blake" de Ken Loach

"Ma'Rosa" de Brillante Mendoza

"Baccalauréat" de Cristian Mungiu

"Loving" de Jeff Nichols

"Agassi" de Park Chan-Wook

"The Last Face" de Sean Penn

"Sieranevada" de Cristi Puiu

"Elle" de Paul Verhoeven


Un certain regard:

"After the storm", de Kore-Eda Hirokazu

"La Tortue rouge", de Michael Dudok De Wit

"La Larga Noche" de Francisco Márquez & Andrea Testa

"The Transfiguration", de Michael O'Shea

"Varoonegi" de Behnam Behzadi

"Apprentice" de Boo Junfeng

"Voir du pays" de Delphine Coulin & Muriel Coulin

"La Danseuse" de Stéphanie Di Giusto

"Eshtebak" de Mohamed Diab

"Fuchi Ni Tatsu" de Fukada Kôji

"Omor Shakhsiya" de Maha Haj


Films hors compétition:

"Le Bon Gros Géant" de Steven Spielberg

"Money Monster" de Jodie Foster

"Goksung" de Na Hong-Jin

"The Nice Guys" de Shane Black

"Gimme Danger" de Jim Jarmusch


Séances spéciales:

"L'ultima spiaggia" de Thanos Anastopoulos et Davide Del Degan

"Hissein Habré, une tragédie tchadienne" de Mahamat-Saleh Haroun

"La danseuse" de Stéphanie Di Giusto

"La mort de Louis XIV" d'Albert Serra

"Bu-San-Haeng" de Yeon Sang-Ho

"Le Cancre" de Paul Vecchiali