Cannes 2015

C’est à un voyage de deux heures et une quête de près de vingt ans que Thomas Bidegain, ancien producteur, scénariste patenté et désormais réalisateur invite dans son premier film. Le titre indique la référence : le western et, plus précisément « La prisonnière du désert » de John Ford et « Nevada Smith » d’Henry Hathaway dont le scénario opère la synthèse.

Mais comme dans « Ni le ciel ni la terre » - coécrit par Bidegain et également empreint de cette iconographie cinématographique - le récit est on ne peut plus contemporain. Il débute en 1994, quelque part en France, au sein d’une communauté de passionnés de l’Ouest américain. Alain (François Damiens), sa femme (Agathe Dronne) et leurs enfants Kelly et Kid participent ce jour-là au bal-rodéo country annuel. Instant familial privilégié jusqu’au moment où Kelly s’évapore...

Fugue ? Enlèvement ? Les parents découvrent soudain que leur fille de seize ans fréquentait un certain Ahmed, de deux ans son aîné, et qu’elle étudiait l'arabe. Les parents d'Ahmed ne savent pas plus où leur fils a disparu. La police paraît indifférente - nous sommes en 1994, en Europe, le jihad ne fait pas encore la Une des journaux. Et si un fonctionnaire du ministère de l’Intérieur fait le déplacement, il laisse Alain et sa femme face à leurs questions. Le père décide alors de suivre lui-même la trace de sa fille. Un périple où il entraînera au fil des ans son fils, Kid (Finnegan Oldfield).


La suite de cette critique à découvrir dans la Sélection LaLibre.be (seulement 4.83€ par mois)