Présenté hors compétition à Cannes, Bac Nord fait un carton depuis sa sortie en salle. En France, le film de Cédric Jimenez flirte avec les deux millions d’entrées. Librement inspiré d’une histoire vraie dans laquelle des membres de la brigade anti-crimilaité (BAC) de Marseille ont été poursuivis pour trafic de stupéfiants et racket, le long métrage fait l’objet de récupérations politiques. Par Marine Le Pen et surtout, c’est très marqué, par Éric Zemmour, dont tout le monde ne se demande plus, au vu de son déplacement en Corse le week-end dernier, s’il se déclarera candidat à la présidentielle mais quand.



Sur France Inter, Cédric Jimenez s’est montré particulièrement irrité par la récupération qui est faite de son travail. Il a rappelé son film n’est qu’une fiction qui raconte un fait divers bien particulier. “Ça ne raconte pas l’ensemble des quartiers nord, a-t-il insisté. Je ne veux pas que Bac Nord serve leur campagne pseudo séculaire.”

Cédric Jimenez estime qu’un candidat à la présidence de la République n’a pas à prendre un film comme exemple. “Ce n’est pas sérieux”, soutient-t-il. Et de prendre Éric Zemmour pour cible : “Éric Zemmour prend le mauvais exemple, il interprète le film d’une mauvaise façon. Il n’a que ça à dire ? C’est aberrant. Ce monsieur n’est pas sérieux. Ils utilisent ce film pour dire des choses affreuses, avec lesquelles je suis plus que pas d’accord.”