Selon les experts, c'est la somme colossale que devrait coûter au cinéma la crise du coronavirus... si la situation n'empire pas.

En Belgique, la perte estimée de 15 millions € durant les trois semaines de confinement menace sérieusement l’avenir même de plusieurs salles de cinéma.C

Ces chiffres, énormes pour notre pays, paraissent totalement dérisoires de l’autre côté de l’Atlantique. Le seul report du dernier James Bond, Mourir peut attendre, fait perdre entre 30 et 50 millions $ à son studio, principalement en raison des coûts de marketing. Or, une bonne dizaine de blockbusters ont déjà été déprogrammés.

Une mauvaise nouvelle ne venant jamais seule, presque tous les tournages hollywoodiens sont “en pause”. Avec des conséquences financières dramatiques à la clef. En moyenne, chaque jour d’arrêt coûte 350 000 $ au studio.

La note grimpe donc à une vitesse vertigineuse. Voici deux semaines, le manque à gagner était estimé à 5 milliards $. Désormais, il a déjà franchi la barre des 7 milliards $. Et selon les analystes californiens, à condition que la situation n’empire pas, au mois de mai, la facture aura dépassé les 17 milliards $. Or, les multiplexes commencent seulement à fermer dans le pays. Beaucoup s’attendent à ce que cette crise coûte au moins 20 milliards $. Une catastrophe. L’an dernier, l’industrie mondiale avait battu un record avec 42,5 milliards $. Cette année, il devrait aussi y avoir record. Dans le sens inverse