Voilà un projet hollywoodien qui risque de faire grincer bien des dents du côté de l'Hexagone. Pour son nouveau grand film, Ridley Scott s'attaque à une des figures les plus marquantes de l'histoire de France, à savoir Napoléon Bonaparte. Et, pour l'incarner, il a choisi une superstar anglophone déjà dirigée dans Gladiator voici vingt ans, à savoir Joaquin Phoenix. L'acteur caméléon, oscarisé pour sa performance éblouissante et délirante dans Joker, va donc donner des accents anglophones au "petit caporal", ennemi juré de l'Angleterre. Pas sûr que tout le monde appréciera chez nos voisins, même si cela fait longtemps qu'Hollywood ne se gêne guère de faire parler dans la langue de Shakespeare toutes les grandes figures historiques de l'humanité, peu importe d'où elles sont originaires.

Le choix paraît d'autant plus surprenant que Kitbag (ce qui signifie musette en français) se donne pour ambition de décrire l'ascension de Napoléon Bonaparte. Qui est mort à 46 ans, soit l'âge exact qu'a actuellement le natif de Porto Rico.

Comme pour All the Money in the World, le réalisateur d'Alien a confié le scénario à David Scarpa, afin de fournir "une vision originale et personnelle des origines de Napoléon et son ascension rapide, impitoyable pour devenir empereur, vue à travers le prisme de sa relation addictive et instable avec sa femme, son seul vrai amour, Joséphine." Sans oublier de mettre en évidence "ses batailles les plus célèbres, son ambition inassouvie et son esprit stratégique stupéfiant en tant qu'extraordinaire et visionnaire chef de guerre." Quant à la signification du titre, il s'est contenté de préciser "qu'il y a un bâton de général caché dans la musette de chaque soldat".

Aucune autre précision n'a été fournie. Ni sur le casting ni, surtout, sur les dates de tournage. Or, le cinéaste de 82 ans, qui vient d'achever les prises de vues de The Last Duel, a aussi déjà annoncé son intention de tourner une suite d'Alien et Gladiator 2. Et pas sûr que Kitbag va les doubler dans l'ordre des priorités.