Les grands studios hollywoodiens ont peur de perdre des fortunes en lançant leurs blockbusters trop tôt dans la bataille estivale.

Les déprogrammations estivales ressemblent de plus en plus à L'histoire sans fin, au cinéma. Cela commence toujours de la même façon: un nouveau sondage indique que 49 % des Américains n'ont pas l'intention de se rendre dans les salles ces prochains mois (seuls les transports en commun obtiennent un moins bon score, avec 52 % de craintes). Et comme la situation est très loin d'être revenue à la normale dans les deux plus grands marchés du pays, à savoir Los Angeles et New York, les têtes pensantes des grands studios en ont des sueurs froides à l'idée de présenter les derniers blockbusters encore en lice devant des sièges vides. Cela peut aisément se comprendre: Tenet a coûté 250 millions de dollars, Mulan à peine moins (200 millions de dollars).

Pour faire plaisir à Christopher Nolan, qui tenait beaucoup à présenter son nouveau long métrage durant les beaux mois, le studio Warner Bros. avait coupé la poire en deux: Tenet était retardé au 31 juillet en proposant de diffuser Inception à sa place le 17 juillet. Mais voilà, les nouveaux sondages sont passés par là, et le studio vient de décider de retarder de nouveau de deux semaines l'un des deux films les plus attendus des deux prochains mois. La date de sortie officielle -pour le moment...- est donc désormais le 12 août.

"Warner Bros s'est engagé à présenter Tenet au public dans les salles, sur des grands écrans, quand les cinémas seront prêts et que les responsables de la santé publique diront que c'est le bon moment, a fait savoir le studio par communiqué. Actuellement, nous devons nous montrer flexibles. Nous ne le traitons pas comme une sortie traditionnelle. Nous avons choisi de présenter le film en milieu de semaine pour permettre au public de découvrir le film à son rythme. Nous voulons le laisser à l'affiche plus longtemps, bien au-delà des normes habituelles, pour développer une stratégie différente et cependant réussie."

Le dernier film de Christopher Nolan, avec Robert Pattinson, Elizabeth Debicki, Aaron Taylor-Johnson, Kenneth Branagh et Michael Caine à l'affiche, est considéré comme la principale raison de se rendre dans les salles cet été par les cinéphiles. Autant dire que leur motivation vient de diminuer d'un cran. Et ce n'est sans doute pas tout. Il se chuchote depuis quelques jours que Mulan pourrait bien suivre le même chemin et connaître une sixième date de programmation. 

Sale temps pour les propriétaires des salles de cinéma. La peur des grands studios pourrait les mettre dans de grosses difficultés. Alors que la concurrence ne sera pas rude pour les longs métrages présentés cet été...