L'opération Le cinéma belge à la maison veut démontrer aux cinéphiles confinés que notre production peut aussi être drôle, décalée, inventive.

Les Américains sont les premiers à l'avoir compris: l'épidémie de coronavirus risque de transformer les salles de cinéma en désert pendant un bon petit moment. Pour éviter de perdre des fortunes, il fallait donc changer son fusil d'épaule et proposer des blockbusters sur les plateformes de VOD ou de streaming le jour de leur sortie programmée au cinéma.

En Belgique, la réaction n'a pas tardé non plus. Plusieurs distributeurs indépendants ont suivi le mouvement en proposant de découvrir leur catalogue de nouveauté en VOD sur VOD Voo, Proximums Pickx VOD, Dalton.be, Lumierefilms.be ou Universcine.be. Une initiative amplifiée par la Fédération Wallonie-Bruxelles, via le lancement d'un site, d'un compte Instagram et d'une campagne de promotion sur le thème Le cinéma belge à la maison (lecinemabelgealamaison.be).

L'idée ? "Pour permettre à chacun de retrouver facilement les films, le site lecinemabelgealamaison.be liste toutes les plateformes où les films sont disponibles et mentionne des informations utiles pour chaque film (bande-annonce, synopsis, fiche technique). Une rubrique reprend également les offres – gratuites et payantes – de films belges francophones (longs métrages, courts métrages, documentaires) disponibles sur les différentes plateformes." Une manière intéressante de montrer la richesse du cinéma belge mais aussi sa diversité, loin des clichés sur "des films sociaux avec un vélo à Seraing".

Concrètement, six fictions vont bénéficier d'un coup de projecteur supplémentaire à l'attention des cinéphiles confinés à la maison. Deux dont nous avons parlé ce week-end, puisqu'il s'agit d'un ouvrage inédit (Jumbo, de Zoé Wittock, une fable sur notre passion pour les objets et la technologie) et d'un autre qui n'a pu être projeté que pendant deux jours (Losers Revolution, une comédie bien déjantée et surréaliste de Thomas Ancora).

Quatre autres longs métrages dont la carrière a été fortement écourtée en salle sont aussi mis à l'honneur: Pompei, un conte sentimental d’Anna Falguères et John Shank, Filles de joie, une dramatique sur la prostitution de Frédéric Fonteyne et Anne Paulicevich, Adoration, le formidable frisson régional de Fabrice du Welz et Lucky, la comédie à l'Ouest d’Olivier Van Hoofstadt avec Florence Foresti et Michael Youn.

Il y en a donc pour tous les goûts. Et pour tous les curieux.