Cinéma

Once Upon a Time in Hollywood : un Tarantino plus lent, plus drôle, plus déroutant, mais toujours aussi fascinant.

L’événement le plus attendu du dernier Festival de Cannes débarque enfin sur nos écrans. Et il va faire énormément parler de lui. En raison de ses effets de surprise. Et de son style de malade.

À travers les galères que traversent l’ex-star des westerns télévisés Rick Dalton (Leonardo DiCaprio) et son cascadeur attitré qui lui sert surtout de chauffeur et d’homme à tout faire, Cliff Booth (Brad Pitt), Quentin Tarantino revisite à sa manière les films noirs, les westerns, les comédies américaines des années soixante, les combats de Bruce Lee, les films d’horreur ou fantastiques, sans jamais avoir l’air d’y toucher. Car si la chronologie semble liée à Sharon Tate (Margot Robbie), la voisine de Rick Dalton, cela ne sert que de prétexte au cinéaste facétieux pour détourner tous les clichés des films qui ont marqué l’histoire d’Hollywood.

Notre avis

Dans les moments les plus drôles, (...)