Cinéma La comédienne de 79 ans est décédée jeudi. Elle s’est illustrée tant au cinéma qu’à la télévision.

Figure familière des écrans dans les années 60 et 70, que ce soit ceux du cinéma ou ceux, plus petits, qui s’invitent chez les familles, Marie-José Nat s’est éteinte jeudi à Paris des suites d’une longue maladie. Elle était âgée de 79 ans.

Cette beauté délicate, aux yeux aussi noirs que sa chevelure, avait reçu en 1974 le Prix d’interprétation féminine à Cannes pour Les Violons du bal de Michel Drach, histoire autobiographique du réalisateur, avec qui elle a été mariée plus d’une décennie.

Née Marie-José Benhalassa à Bonifacio le 22 avril 1940, elle est restée toute sa vie attachée à l’Île de Beauté. Issue d’une famille très modeste, c’est jeune qu’elle est partie tenter sa chance à Paris, où elle a suivi une formation au cours Simon. "Je voulais à tout prix être comédienne, même si mon père n’y croyait pas vraiment. Il m’avait dit : ‘Ça ne fait rien si tu perds, nous aurons fait un beau voyage depuis la Corse ", racontera-t-elle bien plus tard.

Mannequin à ses débuts, elle remporte un concours du magazine Femmes d’aujourd’hui, qui lui permet de devenir la partenaire de Jean-Claude Pascal dans un roman-photo intitulé L’amour est un songe. C’est à cette occasion qu’elle hérite de son nom de scène, "Nat", en raison des longues tresses qui entourent son visage.

Elle est vite repérée par le réalisateur Georges Lampin, qui la dirige dans Crime et Châtiment (1956) avec Bernard Blier, son premier film. Mais son premier grand rôle sera en 1959 dans Rue des Prairies de Denys de la Patellière, où elle tient le rôle de la fille du personnage joué par Jean Gabin.

L’année suivante, elle tourne avec Henri-Georges Clouzot dans La Vérité, où elle joue la sœur et rivale de Brigitte Bardot.

Dans les années 60, elle épouse le réalisateur Michel Drach. Ensemble ils feront cinq films avant de se séparer en 1981. Il lui offre en 1967 un de ses plus beaux rôles dans Élise ou la vraie vie, l’histoire d’une jeune fille qui se lie d’amour avec un militant algérien du FLN (Front de libération nationale, en lutte pour l’indépendance de l’Algérie). Le film fait polémique, la guerre d’Algérie étant alors encore tabou dans la société française.

Marie-José Nat a aussi beaucoup travaillé pour la télévision, comme dans la série à succès Les Gens de Mogador, saga en 13 épisodes diffusée à partir de 1972, et joué dans des téléfilms de qualité de Claude Barma, Marcel Bluwal ou Nadine Trintignant.

Sur scène, elle s’était distinguée dans Désiré de Sacha Guitry, mis en scène et interprété en 1984 par Jean-Claude Brialy, puis, en 1985, dans Voisin, voisine, mis en scène par Pierre Mondy, au côté de Victor Lanoux. Elle avait partagé pendant plusieurs années sa vie avec ce dernier avant de se remarier en 2005 avec l’écrivain et peintre Serge Rezvani, connu du grand public pour les textes de célèbres chansons pour Jeanne Moreau ("Le tourbillon de la vie" ou "J’ai la mémoire qui flanche").