Jean-Paul Belmondo, Aldo Maccione ou Rémy Julienne sont venus rendre un ultime hommage, parmi quelques centaines d’anonymes, à l’inoubliable auteur des Tontons flingueurs, Georges Lautner.

Echarpe orangée et manteau noir, Bébel, l’un de ses acteurs fétiches, est arrivé aux funérailles de son ami à bord d’un flamboyant coupé sport rouge, accompagné de son fils Paul et de l’acteur Charles Gérard (Le guignolo, Flic ou voyou).

Avant d’entrer sous les applaudissements de la foule dans la cathédrale baroque Sainte-Réparate, nichée au cœur du Vieux-Nice, l’acteur, s’appuyant sur une canne, a confié son "émotion" en ce jour de deuil. "C’est triste, hein ! Mais on sera gai quand même, a-t-il ajouté, car Georges avait la gaieté", a-t-il dit, sourire aux lèvres.

Aux côtés de la famille du réalisateur mort à Paris le 22 novembre à l’âge de 87 ans, on pouvait également apercevoir Rémy Julienne, qui a réalisé les cascades dans de très nombreux films de Lautner. "C’était un géant, je pense toujours à lui, il me manque énormément. Viva Georges, ciao Georges !", a lancé à la cantonade l’acteur italien Venantino Venantini, l’une des dernières figures des Tontons. "On a perdu quelqu’un de bien, un grand monsieur", a renchéri son compatriote Aldo Maccione.

Comme réalisateur, "il n’avait qu’un défaut : le matin il nous disait de faire ça et une heure plus tard, il nous disait de faire autrement et quand on lui demandait pourquoi, il disait C’est plus naturel. Et on le faisait !", s’est remémoré l’acteur avec nostalgie.

La cérémonie, empreinte d’une "simplicité qui touche presque au dépouillement" selon le curé de la paroisse Michel Angella, s’est terminée selon les dernières volontés du défunt par un Happy Days d’Aretha Franklin repris en chœur dans les ruelles du Vieux-Nice par la foule qui l’accompagnait sous une pluie glacée vers sa dernière demeure.

Né à Nice le 24 janvier 1926, Georges Lautner avait découvert dès l’enfance l’univers des salles obscures grâce à sa mère, la comédienne Renée Saint-Cyr, qui apparut dans plusieurs de ses films. En soixante ans de carrière, il avait une quarantaine de films à son actif.