"L'ennemi" du Belge Stephan Streker figure ainsi parmi les dix films en sélection officielle, tandis que "Les hommes" de Lucas Belvaux sera présenté en avant-première. Une présence belge sera également assurée dans le jury par l'acteur Marc Zinga.

Pré-réservation obligatoire, port du masque dans tout le centre-ville d'Angoulême, jusque dans les salles de projection, en plus de la règle du siège vacant entre spectateurs, font partie des mesures qui seront en vigueur lors du festival qui se déroulera jusqu'au 2 septembre. Le dispositif prévoit notamment plus de 110 policiers et 27 militaires engagés sur le terrain. Les organisateurs ont pour l'instant enregistré plus de 16.000 réservations en ligne, sur les 28.000 places disponibles, une jauge sciemment abaissée pour cause de Covid par rapport à la fréquentation habituelle (environ 40.000). Rescapé du Covid, le 13e FFA n'entend pas pour autant céder à la morosité, et a confié la coprésidence du jury à Benoît Délépine et Gustave Kervern, dont le déjanté "Effacer l'historique" avec Blanche Gardin, Denis Podalydès, sur d'ex-"Gilets jaunes" en pleines galères numériques, ouvrira le festival vendredi. 

Le film, qui sort en salle ce mercredi, a reçu un Ours d'argent spécial à Berlin. Au sein du jury, le duo sera notamment entouré de Marc Zinga, aux côtés notamment de l'actrice Elsa Zylberstein ou encore de la chanteuse Clara Luciani. Dix films francophones (France, Belgique, Maroc) sont en compétition pour les "Valois" du FFA, qui donne souvent la tendance cinéma de la rentrée et de l'automne --plusieurs films présentés à Angoulême sortent cette semaine--, et a par le passé récompensé, ou lancé, de futurs succès populaires, tels "Intouchables" (2011) ou "Guillaume et les garçons, à table ! " (2013). Cette année, il présentera plusieurs films dont la sortie avait été reportée pour cause de coronavirus. 

Seront entre autres en lice "L'ennemi", un polar du Belge Stephan Streker avec Jérémie Rénier, "Petit pays", de Jean-Paul Rouve, d'après le roman à succès de Gaël Faye, sur la perte de l'innocence de l'enfance sur fond de guerre civile au Burundi, "Un triomphe", d'Emmanuel Courcol, avec Kad Merad en acteur qui anime un atelier théâtre en prison, ou encore "L'étreinte" avec Emmanuelle Béart en veuve qui se reconstruit. 

Le FFA annonce aussi une vingtaine d'avant-premières, dont "Les hommes" du Belge Lucas Belvaux, avec Gérard Depardieu, sur la douloureuse mémoire d'anciens combattants d'Algérie, ou "La Daronne", comédie policière de Jean-Paul Salomé avec une Isabelle Huppert inattendue, qui clôturera le festival. Le festival consacrera aussi une journée au Liban frappé par la catastrophe du port de Beyrouth, avec la projection de "Capharnaüm" (2018), de la réalisatrice libanaise Nadine Labaki, dont les recettes iront à une association internationale en soutien au Liban.