En 2004 sortait l'un des plus grands péplums du cinéma moderne, Troie. Un casting 5 étoiles composé notamment de Brad Pitt, Orlando Bloom, Sean Bean et Diane Kruger. On aurait pu saluer le directeur de casting d'avoir dégoté une telle équipe mais quand on entend les confessions de l'actrice, cet homme a eu un comportement totalement déplacé.

Venant du milieu du mannequinat, Diane Kruger avait déjà rencontré des hommes qui abusaient de leur situation, comme sur le casting pour le film Troie. "Je me souviens avoir fait des essais pour ‘Troie’ et avoir dû me rendre à la tête du studio en costume, démarre-t-elle avant d'avouer, J’avais l’impression d’être un morceau de viande, on me regardait de haut en bas et on me demandait: ‘Pourquoi pensez-vous que vous devriez jouer ce rôle?’”

L'actrice germano-américaine n'a cependant pas voulu donner le nom du directeur de casting. Elle évoque alors le moment inapproprié : "J'ai été mise dans des situations tellement inappropriées et inconfortables.”

A tel point que l'actrice pensait que c'était une généralité parmi les directeurs de casting. “Je suis tombée sur les Weinstein de ce monde dès mes débuts. Lorsque j’ai commencé, j’avais l’impression que c’était comme ça. Que c'était à ça que ressemblait Hollywood. Je viens du mannequinat et croyez-moi, ils font ça aussi”.

Diane Kruger a ensuite évoqué une autre mésaventure avec un réalisateur très connu, Quentin Tarantino pour le casting d'Inglourious Basterds. Selon l'actrice, Tarantino refusait de rencontrer l'actrice qu'il avait aperçu dans un film qu'il n'avait pas aimé. Elle a alors payé elle-même son billet pour aller passer le casting en Allemagne.

“On m’a donné une chance parce qu’il n’y avait plus personne à auditionner”, précise-t-elle avant de montrer sa détermination. "J’ai donc dû franchir toutes ces étapes qui m’ont fait sortir de mes gonds, mais je me suis dit: ‘Tu sais quoi, qu’il aille se faire voir. Je vais le faire et lui prouver que je sais le faire’".