Déjà 28,6 millions d’abonnés, grâce notamment à The Mandalorian, dont la deuxième saison débutera en octobre.

L’objectif de Disney + est clair : séduire entre 60 et 90 millions d’abonnés d’ici 2024. Ambitieux, mais réaliste : en quatre mois à peine, la plateforme de streaming a déjà quasiment atteint la moitié de son premier but. À ce jour, elle compte en effet 28,6 millions de souscripteurs, alors qu’elle n’est toujours accessible que dans très peu de territoires. Les grands pays européens doivent attendre le 24 mars et la Belgique devra patienter jusqu’à l’été, à une date non encore précisée.

"Le lancement de Disney + a connu un succès gigantesque, qui dépasse même nos plus grandes attentes", a expliqué le PDG de Disney, Bob Iger. Les prévisions les plus optimistes prévoyaient en effet entre 20 et 25 millions d’adhérents.

Une réussite qui doit énormément à The Mandalorian et au déchaînement de passion autour d’un petit personnage verdâtre qui fait craquer la planète entière, Baby Yoda. Disney + n’a pas souhaité communiquer ses chiffres d’audience, mais a tenu à préciser que 65 % des fans de The Mandalorian ont ensuite visionné au moins dix autres programmes de sa banque de fictions. Un vrai rôle de locomotive, donc.

Trois séries Marvel

Si Baby Yoda, officiellement surnommé The Child en attendant la révélation de sa véritable identité, dope littéralement les abonnements grâce à son impact sur les réseaux sociaux et dans le domaine du marketing, il ne suffit pas à combler les déficits. En raison des investissements énormes, les plateformes estampillées Disney (donc, aussi, Hulu et ESPN, qui comptent respectivement 30,7 et 7,6 millions d’abonnés) enregistrent un déficit de 693 millions de dollars pour le dernier trimestre de 2019. Pas de quoi inquiéter les comptables : le retour à l’équilibre n’était prévu qu’en 2024.

Au train où vont les choses, cela pourrait aller bien plus vite. D’autant que la deuxième saison de The Mandalorian est déjà annoncée pour le mois d’octobre. Avec, d’après les rumeurs, des personnages emblématiques des films Star Wars. D’ici là, trois séries Marvel, Le Faucon et le Soldat de l’hiver, Loki et WandaVision, seront proposées, de même qu’une foule de remakes. De quoi attirer un public encore bien plus large.

Peter Pan and Wendy

Disney a proposé à Joaquin Phoenix le rôle du capitaine pirate dans sa version live de Peter Pan.

L’adaptation de ses grands classiques du dessin animé constitue, pour l’instant, un des socles les plus rentables de Disney. Et pour que cela continue, le studio aux grandes oreilles rondes entend se donner des castings à hauteur des rentrées financières espérées. Selon le site Illuminerdi, Margot Robbie s’est vu proposer le rôle de la fée Clochette dans la version live de Peter Pan. Et comme si cela ne suffisait pas, comme ennemi, elle pourrait avoir… le Joker. Joaquin Phoenix, en passe de décrocher un Oscar pour son interprétation du psychopathe au rire sardonique, a lui été approché pour incarner le capitaine Crochet. Il faut avouer qu’avec un tel casting Peter Pan and Wendy ferait d’office figure d’événement en salle. Ce ne sera pas le cas de la version live de Lilo et Stitch, amenée à n’être présentée que sur Disney + en 2021.

Maman, je ne vais pas rater les adaptations

Au cinéma, Disney mise gros sur l’adaptation de ses dessins animés. Mais pour sa plateforme, elle vise d’autres classiques du 7e art. Sont déjà confirmés les reboots de Maman, j’ai raté l’avion (1990), Treize à la douzaine (2003), Le Journal d’un dégonflé (2010) ou À nous quatre (1998). Une liste loin d’être exhaustive.

Selon plusieurs médias américains, Rick Moranis aurait été approché pour reprendre son rôle de scientifique farfelu dans un remake de Chéri, j’ai rétréci les gosses (1989). Disney + a démenti tout contact avec le comédien. Mais pas le projet de reprise du film… Princesse malgré elle (2001) devrait suivre, avec un autre casting. La nostalgie a donc aussi de beaux jours devant elle sur Disney +.