Cinéma

Ce week-end s’est tenu à Anaheim, aux Etats-unis, le D23, le rendez-vous le plus attendu des fans de Disney. L’occasion pour le géant américain de dévoiler le catalogue de son service de vidéos à la demande (SVOD), Disney+, qui débarque outre-Atlantique le 12 novembre et en 2020 chez nous.

Pas encore né et déjà promis à un bel avenir, le service de streaming Disney+ a dévoilé son catalogue poids lourd, calibré pour écraser la concurrence. Avec les franchises Star Wars, Marvel ou encore Pixar et un prix défiant toute concurrence de 6.99 euros par mois, Netflix pourrait bien perdre rapidement sa position de leader du marché malgré ses 139 millions d’abonnés dans le monde.


Marvel, la poule aux œufs d’or


Fort des 2.8 millions de dollars de recettes pour Avengers : Endgame, le Studio Marvel continue à surfer sur la vague tout en entrant dans une nouvelle ère de sa saga super-héroïque. La phase 4 démarrera le 1er mai 2020 avec Black Widow et une Scarlett Johansson qui reprendra son rôle de tueuse professionnelle du dernier Avengers: Endgame. Le casting sera complété par Florence Pugh Florence Pugh, Rachel Weisz et David Harbour. Kevin Feige, président des Studios Marvel, a profité du G23 pour présenter les premières images des séries The Falcon and The Winter Soldier, qui sortira à l’automne 2020, WandaVision, attendu au printemps 2021, What If… ? à l’été 2021 et enfin Loki et Hawkeye. L'événement a également été l’occasion d’annoncer la production de trois nouvelles séries Marvel: Ms.Marvel qui aura pour personnage principal une adolescente d’origine pakistanaise au pouvoir d’extension, Moon Knight et son héro ténébreux et la version féminine du géant vert dans She-Hulk.


Le grand mystère de cette conférence reste le sort réservé à Spider Man. En 2016, les fans se réjouissaient de l’arrivée tant attendue de l’homme araignée dans l’écurie Marvel (et donc Disney) après cinq ans aux mains de Sony Pictures. Le 20 août 2019, on apprenait la sortie de Spider Man du MCU (Marvel cinematographic univers), ce qui n’a pas manqué d’énerver les fans qui ont tenté de sauver leur super héro en lançant sur Twitter les hashtags #SaveSpiderman et #Boycott Sony.


Star Wars: The Mandalorian, l'argument de vente principal


Parmi toutes les annonces du D23, la plus attendue était celle concernant la franchise Star Wars. Le Studio Lucasfilm a révélé la bande annonce de sa superproduction The Mandalorian, série attendue pour la sortie de Disney+ en novembre. Le western spatial dans l’univers Star Wars prend place après la chute de l’Empire et cinq ans après Le retour du Jedi. Pour finir de séduire les fans de la saga, Ewan McGregor enfilera à nouveau la tenue d’Obi-Wan Kenobi dans une nouvelle série centrée sur le jedi légendaire.



Disney et Pixar: l’apogée des suites et préquels



Si Disney+ mise beaucoup sur la suite de la Reine des Neiges qui sortira le 20 novembre, il dévoile également un autre projet attendu à la même époque: Raya and the Last Dragon, épopée d’animation suivant les aventures de la guerrière solitaire, Raya à la recherche du dernier dragon à travers l’Asie. En parallèle, Disney a partagé une première image de Cruella. Après Maléfique, dont le deuxième volume paraîtra en octobre 2019, c'est au tour de la célèbre méchante des 101 Dalmatiens d'avoir droit à sa propre fiction sur grand écran. Le film qui se déroulera dans les années 70 reviendra sur les débuts de la mégère, interprétée par une Emma Stone plus punk que jamais. A découvrir en salles en mai 2021.


Après le retour du Roi Lion qui a connu un énorme succès au box office, c’est Mulan qui a été choisi pour être dépoussiérée. Le remake en prises de vue réelles de Niki Caro est attendu courant 2020. Coté Pixar, on a découvert ce week-end les premières images d’En avant et de Soul qui sortira quelques mois plus tard.




Disney a donc sorti les gros moyens pour s’imposer dès la sortie de Disney+ comme le leader d’un marché du streaming ultra concurrentiel. Cette arrivée d’un nouvel acteur devrait pousser Netflix et Amazon Prime à se dépasser toujours plus et marque incontestablement l’âge d’or du streaming. Reste à voir si le service Disney tiendra sur la longueur, à force de battre et rebattre les suites et préquels, le soufflé pourrait retomber aussi vite qu’il est monté.