Tout un hiver sans feu. Coproduction belgo-helvétique

BRUXELLES Très remarqué lors du dernier Festival du film francophone de Namur, ce film coproduit par la Belgique et la Suisse raconte le drame qui déchire un couple de montagnards endeuillé par la perte aussi tragique qu'accidentelle d'un enfant unique.

Jean et Laure ont en effet perdu leur fillette Marie dans l'incendie qui a ravagé l'étable de leur ferme. Du coup, plus question d'exploiter celle-ci ni même le refuge alpin qui avait pourtant bonne réputation. En proie à une grosse déprime, Laure décide de se faire soigner en clinique sous l'emprise de sa soeur alors que Jean décroche un emploi dans une fonderie. C'est là que son destin croise celui d'une réfugiée kosovare dont le mari a disparu à la guerre...

Voilà un film dramatique à souhait qui se situe avantageusement dans le panorama du cinéma français intimiste contemporain. Solidement joué par des comédiens qui n'ont rien de stars - Aurélien Recoing, Marie Matheron et Gabriela Muskala -, Tout un hiver sans feu est une oeuvre sobre et d'une grande humanité, mise en scène sans fard ni trompette par Greg Zglinski. Sauvé de la noirceur intégrale par l'exotisme des personnages secondaires, le film n'est de nature à attirer que les inconditionnels de cinéma minimaliste.

© La Dernière Heure 2005