Eleven men out. Comédie islandaise

BRUXELLES Comme son nom ne l’indique pas, Robert I. Douglas est le réalisateur… islandais à succès du moment. À la fin des années 90, ses courts-métrages avaient déjà raflé les meilleures récompenses nationales, et son film Eleven Men out – qui est sorti en France sous le titre Esprit d’équipe – a fait un vrai malheur dans l’Atlantique Nord ! L’histoire est celle d’une star du football qui, brusquement, dévoile son homosexualité… Si tout le monde tombe des nues, c’est parce que Ottar menait une vie exemplaire. Marié et père de famille, il décide soudain de tout plaquer, y compris son contrat de joueur dans l’une des meilleures équipes islandaises. Mais il n’abandonne pas le football pour autant. Accueilli à bras ouverts dans une équipe amateur… gay, il devient bientôt une figure emblématique du combat social que livrent les homosexuels contre la discrimination… L’auteur-réalisateur se revendique lui-même du cinéma de Ken Loach et de Mike Leigh, mais son style est néanmoins très personnel, plus satirique, plus débridé et, avouons-le franchement, moins dramatique. Ce qui plaît avant tout dans cet ouvrage, c’est l’humour qu’il dégage. Un humour presque sans concession, et qui va dans tous les sens.
Eleven Men out a le mérite de dédramatiser un thème à la mode tout en bousculant l’image d’une des deux grandes icônes du machisme islandais. Il faut savoir que, derrière le pêcheur ivrogne (!), c’est en effet le joueur de football qui symbolise le mieux la virilité dans la culture populaire islandaise.