La Chine est devenue le premier marché du cinéma du monde en termes de recettes. Les États-Unis occupaient cette position depuis que l’on comptabilise le box-office. Avec 1988 milliards de dollars (1697 milliards d’euros) de recettes totalisées à la date de dimanche, la Chine surpasse le box-office nord-américain (1937 milliards de dollars, 1653 milliards d’euros).

Les observateurs s’attendent à ce que l’écart se creuse. On estime depuis plusieurs années que le pays le peuplé du monde devait un jour passer ce cap. La pandémie du Covid a accéléré cette transition. Au contraire des États-Unis et du reste du monde occidental, 75% des salles chinoises sont restées ouvertes et plusieurs blockbusters chinois y ont attiré le public en masse.

La semaine du 1er au 8 octobre, qui comprend le jour de la fête national, a permis de cumuler un demi-milliard de recettes, notamment grâce à des films à succès chinois, comme My People, My Homeland, film collectif célébrant les luttes passée du pays contre la pauvreté, ou le film de guerre patriotique The Eight Hundred (Bābǎi) de Guan Hun qui avec 392 millions d’euros de recettes dépasse déjà à lui seul le meilleur score de l’année aux Etats-Unis (Bad Boys for Life, 363 millions d’euros).

The Eight Hundred est centré sur un épisode de la guerre sino-japonaise : le siège de Shangai en 1937 durant lequel un groupe hétéroclite de soldats et de civils opposèrent une résistance acharnée aux assauts japonais, permettant au gros des forces chinoises de se replier.