Les fouets ont claqué à tout-va et les Fedora ont joyeusement volé en l’air ce samedi 12 juin, pour marquer les 40 ans de la toute première aventure d’Indiana Jones, Les Aventuriers de l’arche perdue. De quoi flanquer un petit coup de vieux à tous les ados de l’époque qui découvraient les yeux écarquillés que le métier d’archéologue pouvait se révéler très dangereux, passionnant, amusant et plein d’action avec le professeur Henry Walton Jones Jr (la véritable identité d’Indy).

Réflexion qu’a aussi dû se faire James Mangold, amené pour la première fois à prendre le relais de Steven Spielberg derrière la caméra pour un cinquième volet dont le titre reste toujours secret, si l’on en croit les photos de plateau publiées par le Daily Mail. Elles montrent un Harrison Ford, en compagnie de Toby Jones devant le château de Bamburgh, dans sa tenue traditionnelle d’Indiana Jones agrémentée d’une série de petits points blancs. En fait, des marqueurs utilisés pour les effets spéciaux afin de permettre de rajeunir informatiquement le comédien de 78 ans.

Beaucoup estiment, puisque le château est orné de drapeaux nazis, que cela permettrait des scènes de flash-back, l’action du cinquième opus se déroulant dans les années 60 en pleine lutte pour la conquête de l’espace, avec un scientifique nazi (incarné par Mads Mikkelsen) au centre de l’intrigue. Certains vont plus loin et pensent qu’Harrison Ford subirait un lifting FX tout au long du film, afin de rendre ses scènes d’action plus crédibles. Mais cela alourdirait fortement le budget.

La technique du "de-aging" est devenue relativement courante à Hollywood. Elle a déjà permis de faire revenir un Jack Sparrow ado dans Pirates des Caraïbes : la vengeance de Salazar, de donner un petit coup de jeune à Robert De Niro et Joe Pesci dans The Irishman, de faire revenir la jeune princesse Leai dans Rogue One, de retirer les rides d’Anthony Hopkins dans Westworld ou d’offrir de nouveau à Mark Hamill son look de jeune Luke Skywalker dans le final de la saison 2 The Mandalorian.

Indiana Jones semble bien parti pour céder à cette mode du jeunisme. Reste à voir, en juillet 2022, si le résultat sera convaincant.