Les salles de cinéma traversent une période noire. Et ce n’est pas du réalisateur James Mangold ( Logan, Ford V Ferrari, Walk the Line ) que viendra l’éclaircie. 

"Les projections sont devenues tragiquement mauvaises dans de nombreux cas , aux USA, déclare-t-il à DiscussingFilm. Quel combat pour placer votre film dans un cinéma qui pue, le regarder à côté de quelqu’un qui mange une enchilada : la moitié de l’écran est floue ou sans éclat. Le cinéma a ses propres problèmes, à savoir que s’il ne propose pas une projection exceptionnelle dont on ne peut s’approcher à la maison, alors il se suicide."

Des mots très durs. Qu’il confirme dans la suite de l’interview. "Les salles, comme toute entreprise capitaliste, sont prises dans un cercle sans fin pour échapper à la faillite. Elles paient le personnel aussi peu que possible, engagent aussi peu de personnes qu’elles peuvent. Elles servent des snacks revendus 22 fois plus cher. Elles proposent des lieux juste acceptables. Mais si le personnel ne sait pas bien manipuler les instruments ou s’en fiche tant il est mal payé, le résultat sera toujours douteux."

Des propos qui tombent à un très mauvais moment.