Jean-Pierre Castaldi ne tarit pas d’éloges sur notre Benoît Poelvoorde national.

Jean-Pierre Castaldi, c’est plus d’un demi-siècle de cinéma et près de cent films à son actif. Un monstre sacré du cinéma français qui se consacrera cette année au théâtre avec le concept de la Boîte à images (un spectacle itinérant qui racontera l’histoire du cinéma à travers les souvenirs d’un vieux projectionniste) qui va parcourir toute la Belgique francophone et qu’il a présenté à Waterloo, là même où se tiendra la première représentation en octobre prochain.

En 50 ans de carrière, il a eu l’occasion de côtoyer les plus grands. De Belmondo à Depardieu en passant par Brigitte Bardot ("Quand Brigitte Bardot arrivait quelque part, il y avait comme une aura autour d’elle. Tout le monde la regardait et s’écartait pour la laisser passer"), mais Jean-Pierre Castaldi a été étonné par un certain… Poelvoorde. "Benoît, c’est un putain, de putain, de putain de bon acteur ! Il est excellent et il a tout compris au cinéma."

La carrière de l’acteur français n’a pourtant pas toujours été rose. "Pour être franc : le cinéma m’a rendu pauvre. On est toujours obligé d’adapter notre niveau de vie. De plus, je suis un acteur populaire et non une star. Oui, les gens me reconnaissent dans la rue, comme les stars. À la différence qu’elles, elles gagnent beaucoup d’argent ! Attention, je ne suis pas là pour me plaindre, que du contraire. Mais je n’oserais pas me comparer à des gars comme Belmondo ou Delon."

Même s’il se produira principalement sur les planches cette année, Jean-Pierre Castaldi n’exclut pas un retour derrière le grand écran. "Franchement, je pense à un retour au cinéma mais en jouant un rôle de mon âge : à savoir une personne de 71 ans."

Quant à savoir s’il est trop vieux pour continuer à jouer, la réponse est claire : "Physiquement, je n’ai aucun problème. Par contre, c’est vrai que parfois ma mémoire me joue des tours", conclut honnêtement l’acteur français.