À défaut de toujours faire rêver par ses prestations cinématographiques, Jennifer Aniston est ce que l’on appelle une bonne cliente. Elle a systématiquement quelque chose de sympa à dire, que ce soit sur les régimes dont elle ne veut plus, ses amours à rebondissements, ses envies de maternité ou les sous-vêtements sexy qu’elle met particulièrement bien en évidence dans sa nouvelle comédie, Les Miller, une famille en herbe. En n’hésitant pas à les dédoubler lors d’une scène de strip-tease assez spectaculaire, histoire d’éviter ce qu’elle appelle elle-même les "éventuels dysfonctionnement vestimentaires".

Une séquence à la Flashdance qui fera à coup sûr partie de toutes les rétrospectives de sa carrière, dans quelques années. "Pour tout dire, cette scène a réclamé énormément de préparation, explique-t-elle. Tout d’abord, il a fallu beaucoup s’entraîner avec un chorégraphe extraordinaire. Comme je n’avais jamais dansé comme cela auparavant, c’était déjà très intéressant d’imaginer comment y parvenir. Quand j’étais enfant, j’avais bien fait un peu de danse du ventre (rire) mais ici, je la voyais comme un prolongement de moi-même qui tente de séduire publiquement quelqu’un, comme lorsqu’on fait du lap dance. Donc, je me suis entraînée énormément pour tenir le rôle. Ce qui s’est révélé très amusant. Le plus compliqué, honnêtement, c’était de sortir d’une opération au genou fin mai et de déjà tourner en juillet. J’étais clouée au sol et je devais réaliser toutes ces figures. Donc, pour moi, le timing constituait un véritable défi, mais tout s’est bien passé."

"Bon, nous sommes là, pourquoi ne pas aller plus loin dans la folie ?"

Rien ne l’a donc choquée, même à la lecture du scénario. "Non, vraiment. Notre but était de pousser les choses toujours un peu plus loin. C’est pour cela que c’était si amusant de tourner ces séquences. Comme lorsque la fille incarnée par Emma Roberts apprend au jeune garçon joué Will Poulter comment embrasser. La maman arrive et se joint à la leçon. Tout s’est passé comme si nous nous disions : Bon, nous sommes là, pourquoi ne pas aller plus loin dans la folie ? Vous savez, s’amuser, tenter des choses plus audacieuses…"

S’amuser. Le terme revient souvent dans ses propos. Et cela n’est pas anodin. Même si les comédies sont destinées à faire rire, les tourner, tous les acteurs vous le confirmeront, ne s’assimile pas nécessairement à une partie de plaisir. "Déjà à la lecture du script, je trouvais l’idée vraiment drôle. Dans ma tête, c’est comme si on allait tourner un road movie amusant. L’idée d’incarner une stripteaseuse a aussi éveillé ma curiosité. Et la perspective de donner à nouveau la réplique à Jason (NdlR : Sudeikis) constituait aussi un gros atout de mon point de vue. Ce film me semblait à la fois original et amusant. Comme j’avais déjà tourné Comment tuer son boss ? avec New Line, j’avais vraiment envie de renouveler l’expérience."

Tout en jouant sur différents types d’humour. Véritable survivante qui sait ce qu’il faut faire pour s’en sortir dans les situations les plus variées, Rose est aussi dotée d’un sacré tempérament. Qui l’amène à envoyer promener son faux mari, David, sans le moindre ménagement. "C’est vrai, elle peut se montrer dure, mais en même temps, elle se montre très vulnérable à l’intérieur. Je pense que se trouver là à ce point de sa vie ne correspond vraiment pas à ses attentes. Elle a éprouvé le besoin de construire des murs autour d’elle pour se protéger, ce qui explique certaines attitudes qui font office d’armure. Mais en acceptant de participer à cette aventure un peu dingue, ses côtés plus doux et maternels ressortent naturellement. C’est une évolution amusante à constater."