The Sessions . Une ode à la vie émouvante, drôle, intelligente. Un bijou

THE SESSIONS RÉSUMÉ. Esprit vif dans un corps paralysé par la polio, le poète et journaliste Mark O’Brien rêve de découvrir, à 38 ans, les joies du sexe. Même si cela le terrifie ! Après avoir obtenu la bénédiction du curé de sa paroisse, il fait appel à une assistante sexuelle, une thérapeute spécialisée dans l’éveil au sexe pour les personnes handicapées. Qui se distingue d’une prostituée en ce sens qu’elle ne lui accordera que six sessions de conscientisation sexuelle , pas une de plus.

((((;

NOTRE AVIS. Tout frôle la perfection dans l’adaptation de cette histoire vraie par un réalisateur peu connu (il a tourné des épisodes d’Ally McBeal …) emmené par un comédien qui ne l’est guère plus (John Hawkes). En dépit de la lourdeur du sujet, Ben Lewin (derrière la caméra et le scénario) prend le parti de l’humour, de la légèreté, de la douce folie et des audaces totalement inimaginables dans une production de studio hollywoodien.

Rien n’est conventionnel ou formaté dans son récit. Dérouté par les interrogations très intimes de son ouaille, le prêtre fait preuve d’une tolérance admirable (“Je pense que Dieu fermera les yeux pour cette fois ”) tout en le poussant systématiquement à profiter de tous les bons aspects de la vie. Souriant, compréhensif, limite hippie, William H. Macy apporte à ce religieux une profondeur et un humour des plus touchants.

John Hawkes parvient à faire oublier le corps tordu par la maladie, le handicap profond pour mettre en avant l’humanité de Mark O’Brien, ses envies et ses angoisses que nous avons tous partagées. Son principal handicap se situe dans sa tête, dans les barrières qu’il se met lui-même. Comme nous tous… Ni angélique ni plaintif, d’une finesse étonnante dans ses expressions, il ne peut que bouleverser en homme sincèrement amoureux des femmes qui posent un regard sur lui.

Mais celle qui épate le plus, c’est Helen Hunt. On sent chez elle toute l’empathie de son personnage, sa conviction emplie de tendresse aussi. Sans pudeur mal placée, même entièrement nue (ce qui arrive souvent) elle parvient à faire ressortir l’engagement personnel et émotionnel d’une femme qui croit profondément à l’importance de la sexualité dans l’épanouissement personnel. Tout semble tellement naturel que le voyeurisme est tout de suite totalement éclipsé par le courage de cette soignante (la profession d’assistante sexuelle existe réellement) et l’intelligence du propos.

Ben Lewin pousse le bon goût jusqu’à éviter le happy end le plus prévisible ou à mettre en parallèle les discussions du patient avec son curé et les notes enregistrées de la thérapeute. Cette ode à la vie, au respect de la différence, à la difficile découverte de la sexualité, est aussi brillante qu’inspirée et drôle. À voir.

The Sessions

Comédie dramatique

Réalisé par Ben Lewin

Avec John Hawkes, Helen Hunt, William H. Macy

Durée 1 h 35



© La Dernière Heure 2013