Le drame d’un vieillard qui perd la mémoire mais aussi sa personnalité

RÉSUMÉ Toujours alerte à 80 ans, Claude Lherminier ne comprend pas pourquoi sa fille Carole s’entête à engager des assistantes auxquelles il rend la vie impossible. Il se sent bien, rêve de voir des femmes nues, se considère toujours comme un industriel du papier et attend avec impatience qu’enfin sa deuxième fille revienne de Floride pour son anniversaire. Pour lui, tout va bien. Pour Carole, qui a dû reprendre les rênes de l’usine en urgence, c’est différent. Les pertes de mémoire de son père s’aggravent rapidement. Et il peut se montrer extrêmement agressif.

NOTRE AVIS Après Le coût de la vie, Les femmes du sixième étage et Alceste à bicyclette, le nouveau film de Philippe Le Guay génère naturellement une grande attente. Habile dans l’approche des émotions enfouies derrière les apparences, le cinéaste épate souvent par sa justesse de ton, son subtil équilibre entre les drames du quotidien et l’humour.

Mais cette fois, le sujet se révèle trop lourd, trop douloureux. Les moments de légèreté sonnent faux. Dans ces instants trop symboliques d’un passé en train de s’évanouir définitivement, Jean Rochefort se perd quelque peu dans l’espièglerie ou le cabotinage. La magie n’opère donc pas.

Dans les périodes de détresse ou de solitude dans sa propre tête, c’est nettement plus impressionnant. Et terrifiant. Petit à petit, le vieil homme s’enfonce dans ses souvenirs ou mélange de plus en plus intimement la réalité et le fruit de son imagination.

Un engloutissement inexorable, dans lequel se noie aussi sa fille, amenée à tout sacrifier pour lui. Difficile de ne pas compatir, de ne pas défaillir. Le vieillard se transforme en ombre de lui-même. La perte de repères et de lucidité le rend dur, cruel même lorsqu’il accuse sa fille de ne penser qu’à son argent ou d’être mesquine, elle qui a tout sacrifié pour lui, jusqu’à sa vie amoureuse.

La mise en scène rend parfaitement la déliquescence de son état mental, le chaos de ses pensées, ses changements imprévisibles d’humour du fait de l’oubli instantané de ce qui vient de se produire. En dépit de longueurs et de répétitions inutiles, la mise en forme se révèle parfaitement cohérente.

Reste maintenant à voir qui aura envie de se rendre au cinéma pour assister à un drame aussi déprimant qui mine déjà tant de personnes dans la vraie vie.

P. L.

Floride

Drame

Réalisé par PhilippeLe Guay

Avec Jean Rochefort, Sandrine Kiberlain, Laurent Lucas

Durée 1 h 50