En Belgique, on ne sait toujours pas quand rouvriront les salles de cinéma. Mais dès que les dates seront communiquées, il y a fort à parier que nous suivrons l'exemple français, à savoir interdire la consommation de friandises ou de boissons dans les salles.

De quoi donner des sueurs froides aux propriétaires des grands écrans, puisque les sucreries et autres nachos représentaient de 30 % à 50 % de leur chiffre d'affaires avant le confinement.

Pire: si l'on se base sur le modèle américain, se goinfrer de pop-corn pendant la projection fait partie des plaisirs du cinéma. Et les cinéphiles d'outre-Atlantique semblent désireux de rattraper le temps de déglutition perdu, puisque dans les chaînes AMC, les dépenses moyennes par client en nourriture sont passées de 4,76 dollars avant le confinement, début 2020, à 7,37 dollars depuis la réouverture des salles, soit une augmentation de 64 %.

On peut donc s'attendre à une forte pression pour que les pop-corn soient rapidement autorisés, afin de permettre à un secteur au bord du gouffre de combler une partie de ses dettes.