C’est sans doute l’une des confusions les plus célèbres de l’histoire du cinéma. En 1963, pour illustrer le générique de la nouvelle comédie de Blake Edwards, La Panthère rose, le cartooniste Fritz Freleng imagine un animal filiforme rose, forcément, qui déambule au rythme de la musique d’Henry Mancini. Le succès est tel que le personnage facétieux va vivre plus de 300 aventures en dessin animé par la suite.

Or, en fait, la Panthère rose du film n’a rien d’un félin. Il s’agit d’un diamant que l’inspecteur Clouseau doit protéger des griffes du plus célèbre voleur de son époque, surnommé Le Fantôme. Pour le long métrage aussi, la réussite est au rendez-vous, puisque pas moins de sept suites verront le jour.

Fort du succès de Sonic, le réalisateur Jeff Fowler a décidé de réunir pour la première fois à l’écran l’inspecteur Clouseau et le quadrupède couleur de flamant dans une aventure écrite par le scénariste de Bad Boys For Life, Chris Bremmer. L’idée de base est assez simple. Toujours aussi gaffeur, maladroit et sûr de lui, Jacques Clouseau repart dans une enquête dont il a le secret. Mais pas totalement seul. Suite à un accident traumatisant, il dispose désormais d’un ami imaginaire, la Panthère rose.

Le pitch est prometteur et délicieusement nostalgique. Le projet est lancé. Mais le casting et la date de sortie sont encore top secret.