Du côté de Netflix, on ne bouge rien. Sauf les prix, à la hausse...

C'est l'effervescence au sein des chaînes de télévision et des plateformes de streaming. Chaque travailleur confiné à la maison constitue un téléspectateur supplémentaire potentiel. La demande est énorme, mais tout le monde n'opte pas pour la même stratégie afin d'y répondre.

Voo a décidé, par exemple, d'offrir gratuitement l'accès à Be TV à tous ses souscripteurs numériques jusqu'au 31 mars inclus. Mais aussi d'offrir le téléchargement illimité à ses clients et d'augmenter de 20 GB au-delà des forfaits. "Nos clients et leurs besoins de connectivité sont notre priorité au quotidien, y explique-t-on. Dans la situation exceptionnelle que nous vivons toutes et tous, de nouvelles activités s’invitent dans la journée des familles et des professionnels. En tant qu’acteur telecom, VOO met tout en oeuvre pour les accompagner et les aider à traverser cette période difficile. C’est pourquoi, nous avons pris la décision de lever les limites de nos forfaits, tant pour les particuliers que pour les professionnels, afin que chacun(e) continue à se connecter, à travailler ou à se divertir. En toute tranquillité." Un beau geste qui devrait rencontrer un succès certain et ainsi faire concurrence aux plateformes de streaming.

Car du côté de ces dernières, si on étudie officiellement la situation, rien ne bouge pour le moment. Disney + a fait savoir à ses futurs clients des grands marchés européens qu'en dépit de la proximité du démarrage, elle n'avancera pas le lancement de ses programmes. La preuve par ce communiqué français: "Nous avons bien reçu tous vos messages. Nous sommes désolés de ne pouvoir avancer le lancement de Disney+. Merci pour votre patience, plus que 8 jours !" Du côté belge, la date n'est toujours pas annoncée. Ni avancée non plus. Tant pis pour nous.

Chez Netflix, c'est encore pire. Les hausses de prix, décidées en début d'année, tombe pile au moment où les abonnés sont coincés chez eux. Sans rien recevoir de plus en retour, et alors que la télé intensifie ses programmes. De quoi en énerver plus d'un. Mais avec la crise du coronavirus, on l'a déjà vu souvent, la vérité d'un jour n'est pas nécessairement celle du lendemain. Les protestations pourraient, qui sait, amener la plateforme la plus populaire au monde à faire un geste à son tour...