En football, c’est bien connu, il y a autant de sélectionneurs que d’habitants dans un pays. Un phénomène encore amplifié par Internet, qui touche désormais le 7e art. Il suffit de voir les campagnes de promotion lancées par leurs admirateurs  de Michael B. Jordan ou Regé-Jean Page en vue d’enfiler le prochain smoking de James Bond pour s’en convaincre.

Et le plus étonnant, c’est que, parfois, cela marche. Ce vendredi 18 mars (et à partir du 8 avril en VOD sur les plateformes Telenet, Proximus, BeTV, iTunes, Apple TV, Google Play, YouTube, Microsoft Xbox & Rakuten TV), Warner Bros. propose à la vente numérique une nouvelle version de son film de 2017, pas franchement couronné de succès, Justice League. Signée cette fois le réalisateur original, Zack Snyder. Ce qui ne se serait jamais produit sans la pression des fans.

Un retour en arrière s’impose pour comprendre. Après le décès de sa fille, en mars 2017, Zack Snyder ne se sent plus la force de terminer le film annoncé pour le mois de novembre. En catastrophe, le studio le remplace par Joss Whedon, spécialiste des super-héros, mais du côté Marvel, pas DC Comics. Et cela se ressent dans l’atténuation de la noirceur, les traits d’humour, la simplification de certains personnages. Sans être un flop complet, les recettes (657 millions $ au box-office mondial) se révèlent extrêmement décevantes pour un blockbuster de 300 millions $.

Pour une fois, les inconditionnels de DC Comics et la critique sont d’accord pour dézinguer une oeuvre bien pauvre, qui colle plus dans la mise en scène et le ton aux productions de la concurrence Marvel qu'aux aventures de Batman popularisées par Christopher Nolan. Peu de temps après, sur Internet fleurit une rumeur : Zack Snyder aurait concocté sa propre version de Justice League, bien plus sombre. Commence alors une intense campagne de lobbying, notamment sur Twitter, avec le hashtag “Release The Snyder Cut”. Trois ans de pression inlassable qui finissent par convaincre len 2020 es producteurs, désespérés de ne pas obtenir les mêmes succès que Marvel : pourquoi ne pas donner aux fans ce qu’ils veulent ? Après tout, cela ne coûte pas trop cher (70 millions $, Zack Snyder refusant tout paiement à condition de garder le contrôle total sur le montage, ce qui lui a permis de ne garder aucune des scènes ajoutées par son successeur) et cela peut bien servir la cause de HBO Max. 

Voilà pourquoi une version de 4h (va falloir s’accrocher…) sort 4 ans après un échec commercial. Et maintenant que les fans ont obtenu satisfaction, on peut s’attendre à ce que ce type de lobbying devienne monnaie courante sur le net.