Il y a de ça sept ans, Midam a cédé ses droits d’adaptation à l’éditeur Glénat, en vue d’une adaptation au c inéma pour la bande dessinée Kid Paddle . "J’ai tout de suite accepté car la publicité est très bonne à prendre", explique le dessinateur.

Seulement voilà, il y a environ trois mois, le projet est tombé à l’eau. En cause, la participation de… Kev Adams au scénario. "Trois personnes étaient à la base de l’écriture du scénario, dont lui, commente Midam. Malheureusement, quand tout le monde l’a appris, il y a eu beaucoup de réactions négatives, dont des YouTubeurs qui ont réalisé des vidéos sur le sujet."

Des réactions qui ont dès lors freiné les producteurs. "Ils se sont dit : ‘Kev Adams et Kid Paddle, ça ne va pas le faire, donc on arrête.’ C’est uniquement une question de ‘personne’, ajoute le Bruxellois. Ils se sont rendu compte que le casting n’était pas le bon. Ce n’était pas Kev Adams qui allait jouer Kid Paddle car il est trop âgé mais il se réservait un rôle. Le scénario qu’il avait coécrit n’était pourtant pas trop mal."

L’adaptation au cinéma n’est cependant pas définitivement tombée à l’eau. "Les droits sont désormais chez Dupuis, où il y a des personnes qui pratiquent l’audiovisuel. Ils vont commencer à s’y attaquer cette année pour voir ce qu’ils pourraient en faire."

Même si, généralement, les adaptions sont souvent délicates pour les bandes dessinées, Midam, lui, n’avait pas peur de prendre ce risque. "On se rend compte que toutes les adaptations qui ont foiré n’ont pas fait de mal à l’univers pour autant, assène Midam. Des adaptations vraiment ratées comme celles de Gaston ou encore Spirou, n’ont pas eu d’effets sur les ventes d’albums."