Jil Aigrot, la voix de Marion Cotillard dans La Môme, chante Piaf, en vrai

BRUXELLES Elle a la voix plus connue que le nom. Lorsqu'on l'entend, on pense à Édith Piaf. C'est tellement troublant que c'est elle, Jil Aigrot, un petit bout de femme d'une cinquantaine de kilos, aux yeux azur et au caractère bien trempé - tiens, tiens... - qu'Olivier Dahan a choisie pour interpréter les chansons de son film multiprimé, La Môme . Et qui vient nous chanter à quel point elle voit La vie en rose depuis.

Vous et Édith Piaf, c'est une longue histoire ?

"Je l'ai découverte à 12 ans. Sa voix m'a capturée. Au Conservatoire de chant, à Cannes, on m'a dit que je chantais comme elle. Au début, j'ai refusé ce rapprochement. Sur scène, je préférais chanter Brel, pour ne citer que lui. Mais rien n'y faisait : c'est Piaf que l'on me réclamait."

À quel moment vous entend-on, dans le film ?

"Particulièrement à ses débuts, quand elle est dans la rue et chante sur les trottoirs. On a fait appel à moi parce que, de cette époque, il n'y a pas d'enregistrement d'elle, ou alors peu et de piètre qualité."

Vous avez donc travaillé avec Marion Cotillard ?

"Oui, et cela demandait un travail de coordination très conséquent, puisqu'on enregistrait avant que le film ne soit tourné. Nous avons travaillé ensemble un bon mois. J'ai dû me mettre dans la peau de cette ado pleine de gouaille au côté batailleur, et ce n'est pas trop dans mon tempérament. Les conseils de Marion m'étaient alors précieux. Elle, qui avait vraiment envie de chanter, faisait la même chose auprès de moi pour les techniques de chant."

Vous auriez aimé jouer le rôle tenu par l'actrice ?

"En rêvant, oui. D'autant que je suis aussi comédienne. Et je ressemble physiquement, sans maquillage, plus à Piaf qu'elle !" (Rire )

Vous n'êtes pas amère d'être restée dans son ombre ?

"Oui et non. Oui car, lors de la promo du film, elle n'a quasi jamais parlé de moi. Je n'ai jamais eu droit au coup de pouce espéré, on m'a laissée de côté. Et non car je me souviens l'avoir vue, 3 mois après notre collaboration, à Prague, pour la scène où elle s'écroule sur les planches. Saisissant. Je me souviens encore de ce qu'elle me glissa à l'oreille, après coup : tu ne trouves pas que j'ai beaucoup vieilli en trois mois ? Elle est une formidable Piaf. Je n'ai pas d'Oscar, mais être sa voix, c'est déjà une récompense..."

En savoir plus

La vie en Rose Vendredi à 20 h 30 au Cirque Royal (Rés. : 02/218.20.15).



© La Dernière Heure 2009