Oubliez le mini-short et la sculpturale Angelina Jolie : la nouvelle badass du cinéma prend les traits fins d’Alicia Vikander.

Les fans de Tomb Raider, accrochés au fantasme de la combinaison moulante bleu roi d’Angelina Jolie, vont en avaler leur joystick de travers en découvrant la toute première image de la nouvelle Lara Croft, incarnée par Alicia Vikander. Bien sûr, le réalisateur Roar Uthaug avait annoncé un relookage façon Cristina Cordula pour l’héroïne la plus sexy des jeux vidéo et du cinéma d’action, mais ils ne s’attendaient sans doute pas à une telle transformation.

Pas de flingue en main ou dans les holsters, mais un simple bâton de bois : il y a déjà de quoi étonner. Même si ce n’est pas trop grave. L’abandon du mini-short, qui ferait passer les tenues minimalistes de la famille Kardashian pour des voiles de navire, risque de faire nettement plus de déçus. Mais c’est surtout l’apparence de la badass qui pourrait générer quelques dépressions. Les traits fins d’Alicia Vikander ont, en effet, remplacé la musculature imposante de la sculpturale héroïne.

Bien sûr, au niveau comédie, pour peu que cela ait de l’importance dans ce type de blockbuster, ils vont largement y gagner au change. La jolie Suédoise n’a, en effet, pas reçu l’Oscar de la meilleure actrice dans un rôle secondaire pour The Danish Girl par hasard. Et tous ceux qui l’avaient découverte dans le dernier Jason Bourne et, surtout, dans le formidable Ex Machina, savent qu’elle possède le chic d’hypnotiser les spectateurs.

Le scénario sera aussi totalement différent de celui des deux premiers Tomb Raider. À 21 ans, Lara Croft refuse de prendre la succession de son père à la tête de l’empire industriel familial. Elle préfère enquêter sur la mort de son papa. Et cela la mène sur une île du Japon "où, seulement armée de son esprit vif, sa foi inébranlable et son entêtement, elle va devoir apprendre à dépasser ses propres limites dans l’inconnu."

Tout cela sera à découvrir dans les salles le 16 mars 2018.