Avec Oliver Stone derrière la caméra et Nicolas Cage devant l'objectif

NEW YORK Oliver Stone en terrain miné. Le réalisateur américain, qui a déjà défrayé la chronique par le passé, a commencé le tournage d'un des premiers films d'Hollywood sur les attentats du 11 septembre 2001, sujet ô combien sensible aux Etats-Unis depuis le traumatisme de l'effondrement des tours jumelles. Après des mois de réunions avec des habitants de New York et des associations regroupant des familles de victimes, les producteurs du film, pour l'heure sans titre et dont la sortie est prévue pour le 11 août 2006, ont promis de faire attention à ne heurter personne.

Tout d'abord, il ne s'agira pas d'un film-catastrophe. «Nous ne faisons pas une version Titanic-Tour infernale», prévient Michael Shamberg, qui coproduit le long métrage des studios Paramount.

Ensuite, la plupart des scènes évoquant l'effondrement du World Trade Center seront tournées à Los Angeles et non à New York. Et si des images d'actualité sur les tours jumelles seront montrées dans le film, elles seront diffusées sur des écrans de télévision situés en arrière-plan.

Le scénario se concentre sur l'histoire vraie de deux policiers qui ont survécu à l'effondrement des tours et ont été secourus après avoir passé 22 h dans les décombres. Mais il évitera de donner une interprétation politique ou une signification aux attentats, soulignent les producteurs.

Stone a commencé à tourner des scènes à New York le mois dernier. Mais les producteurs ont décidé de limiter leurs activités de tournage dans la ville, d'éviter le site de Ground Zero et de filmer l'essentiel de l'action à Los Angeles.

Des proches des victimes se sont montrés dubitatifs sur la volonté d'Hollywood de traiter le drame avec respect. «Est-ce qu'il va y avoir des scènes d'amour?», a demandé Lee Ielpi, qui a perdu son fils pompier dans les attentats. Le film «doit être fait avec une certaine déférence».

D'autres se sont inquiétés de la manière dont Stone - dont l'un des films les plus controversé JFK mettait en avant des théories du complot sur l'assassinat de Kennedy- pourrait interpréter les attaques du 11 septembre. En octobre 2001, il avait décrit les attentats comme une «révolte» contre les multinationales.

Mais en juillet dernier, il a présenté son projet comme «une méditation sérieuse sur ce qui s'est passé.» «C'est une exploration de l'héroïsme dans notre pays, mais c'est international en même temps par son humanité», a-t-il expliqué.

Le film ne devrait pas être le premier d'Hollywood sur le 11 Septembre. «Flight 93» des studios Universal, l'histoire de l'avion détourné qui s'était écrasé dans un champ de Pennsylvanie après une révolte des passagers, devrait sortir sur les écrans en avril. D'autres films sur la tragédie sont en préparation.

© La Dernière Heure 2005