Mary. Sorte de réponse à La Passion du Christ de Mel Gibson

BRUXELLES Très curieux film que ce Mary d'Abel Ferrara que l'auteur de Bad Lieutenant a voulu comme une sorte de réponse à La Passion du Christ de Mel Gibson. C'est en effet le tournage d'un film semblable qui sert de fiction de départ à un ouvrage qui flirte sans arrêt entre le documentaire et, justement, la fiction.

Le réalisateur incarné par Matthew Modine et l'actrice qui joue Marie-Madeleine, Juliette Binoche, se séparent en se bagarrant à la fin du tournage. Lorsque le premier veut ramener la seconde à la réalité, celle-ci refuse et décide de rester en terre sainte où elle se croit investie d'une mission de paix. De l'autre côté de l'Atlantique, l'animateur d'une émission à caractère religieux (Forest Whitaker) se prépare à recevoir le metteur en scène. Mais sa vie personnelle est traversée par un drame: la naissance de son enfant ne se passe pas bien ni pour la maman ni pour celui-ci. En proie au doute, il essaie de se plonger dans la foi absolue...

Curieux, avons-nous écrit... Dans la mesure où certains passages de Mary évoquent le tournage fictif des émissions de Whitaker avec de vrais théologiens, le jeu entre fiction et réalité semble s'effacer jusqu'à la séquence où Modine perd les pédales lors de la première avortée de son film! Là, l'auteur règle clairement ses comptes avec Gibson, d'une façon aussi rétroactive que finalement très primaire.

Mary semble également vouloir aborder le rôle exact de Marie-Madeleine dans l'histoire du Nouveau Testament, tout en se gardant bien d'y apporter un éclairage neuf, de sorte que l'ensemble manque globalement de clarté. Quoi de plus naturel, nous direz-vous, quand on évoque ce qui reste sans doute le plus grand mystère de l'histoire de l'humanité...

© La Dernière Heure 2006