Cinéma

On peut supposer que les tarifs seront les mêmes que pour les Hollandais, reliés à la plateforme dès le 12 novembre

Disney a créé la surprise, ce lundi, en dévoilant ses plans internationaux pour sa plateforme de streaming, Disney +. Contrairement à ce qui avait été annoncé, les Américains n’auront pas l’exclusivité des premiers accès. Le 12 novembre prochain, les Hollandais pourront eux aussi visionner les programmes comme Star Wars : The Mandalorian, High School Musical, le remake live de La Belle et le Clochard ou de nouvelles aventures de Monstres et Cie, Monsters at Work. Le tout, pour un prix nettement inférieur à celui d’un abonnement à Netflix : 6,99 € par mois, 69,99 € par an (soit deux mensualités offertes, si l'on opte pour la souscription à l'année). Au taux de change actuel, cela correspond à 7,76 dollars mensuels, donc un peu plus qu’aux USA.

Aucune information n’a été communiquée concernant la Belgique. Disney précise simplement qu’il négocie et que d’autres pays seront bientôt annoncés. Mais vu la proximité géographique et le taux de change, il y a fort à parier que les tarifs seront identiques pour nous, au début 2020.

Les Canadiens, eux, savent à quoi s’en tenir. Tout comme les Américains et les Hollandais, ils disposeront de Disney + dès le 12 novembre. Pour 8,99 dollars canadiens, soit l’équivalent de 6,77 dollars américains.

Une semaine plus tard, le 19 novembre, l’Australie et la Nouvelle-Zélande pourront se connecter. À des prix encore plus avantageux, à savoir l’équivalent, respectivement, de 6,09 et 6,42 dollars américains par mois.

L’objectif de Disney + n’a pas changé : compter entre 60 et 90 millions de souscripteurs à l’horizon 2024.