Sur la Croisette comme partout ailleurs, le coronavirus, ses variants et les risques d’une quatrième vague occupent bien des conversations. Et parfois aussi l’agenda : tous ceux dont la deuxième vaccination ne date pas d’au moins quinze jours se retrouvent dans l’obligation de passer des tests PCR ou antigéniques tous les deux jours, sous peine de ne pas accéder au Palais des Festivals ou aux projections.

Et les contrôles sont rigoureux : les passeports sanitaires sont scannés et le résultat est immédiatement comparé avec le badge des festivaliers, histoire d’éviter les éventuelles fraudes.

Malgré ces mesures dissuasives, les craintes restent légions. Sur la Croisette, dans les bars ou dans les restaurants, plus personne ne porte le masque. D’ailleurs, Léa Seydoux, qui devait défendre quatre films lors de cette manifestation, a retardé sa venue et pourrait même l’annuler en raison d’un test positif, et cela bien qu’elle soit totalement vaccinée, selon le site Deadline. Le même qui donne des raisons d’espérer cependant, puisqu’il révèle qu’en dépit de milliers de contrôles quotidiens, le Festival de Cannes n’enregistre en moyenne que trois cas de contamination par jour au Covid-19 depuis son ouverture, le 6 juillet. Et ça, c’est vraiment très peu. La preuve que tout le monde respecte bien les directives.