Choupette est de retour

BRUXELLES Les dernières sorties vidéo et DVD.

CONSEILLÉ

La Coccinelle revient (disponible à la location - sortie vente la semaine prochaine): Choupette est de retour, plus rutilante que jamais. La dernière fois que notre VW était apparue sur grand écran, c'était en 1980. Depuis, hormis un téléfilm en 1997, elle était restée au garage. Ou plutôt chez un ferrailleur qui s'apprête à la réduire en pièces. C'est là que Maggie (Lindsey Lohan), une fille impétueuse qui rêve de devenir pilote comme son père, la trouve. Notre adolescente aurait espéré une vraie voiture de course, mais elle va très vite découvrir que Choupette en a plus sous le capot qu'il n'y paraît... La grande appréhension qu'on pouvait avoir, c'est qu'avec les progrès des effets spéciaux, notre Coccinelle soit recréée en images de synthèse et devienne en quelque sorte un personnage de dessin animé. Ce n'est heureusement pas le cas. Les studios Disney n'ont eu recours aux effets spéciaux par ordinateur qu'à une ou deux reprises. Pour le reste, tout a été tourné en vrai. Choupette exprime ses émotions essentiellement par des mouvements de phares et de rétroviseurs ou encore en pliant légèrement son pare-chocs avant. Tout cela ne révolutionne évidemment pas le cinéma, mais La Coccinelle revient constitue un divertissement familial mené à fond la caisse.

Distribué par Buena Vista.

ÉVENTUELLEMENT

Anthony Zimmer (disponible à la location - sortie vente le 29 novembre): quel gâchis! Le réalisateur d' Anthony Zimmer avait pourtant toutes les cartes en main pour signer un thriller captivant. Tout d'abord, la présence de Sophie Marceau, ensorcelante en femme fatale. Ensuite, un scénario astucieux. Anthony Zimmer est un génie de la finance criminelle, recherché par toutes les polices du monde. Mais personne ne connaît son visage. Les forces de l'ordre espèrent pourtant le coincer en suivant sa petite amie (Sophie Marceau). Mais Anthony Zimmer élabore un plan: il demande à sa petite amie de choisir quelqu'un au hasard dans un train et de faire croire que c'est lui. Evidemment, pour le brave type (Yvan Attal), c'est le début de gros ennuis... Avec un postulat de base pareil, un cinéaste un peu doué aurait pu signer un suspense paranoïaque magistral. Malheureusement, ici, en dehors d'une ou deux scènes, la réalisation se traîne, piétine, patauge, ne décolle jamais. Et on passe sur le coup de théâtre final qui ne tient pas une seconde la route.

Distribué par Videodis.

Le fils du Mask (disponible à la vente et à la location): en 1994, The Mask avait été l'un des succès surprises de l'été, grâce à des effets spéciaux en images de synthèse novateurs pour l'époque et à la présence survoltée d'un Jim Carrey alors peu connu du grand public. Mais devait-on pour autant nous infliger une suite dix ans plus tard? Comme le salaire de Jim Carrey n'était visiblement pas conciliable avec le budget de la production, les scénaristes ont inventé une histoire abracadabrante où le fameux masque tombe cette fois entre les mains d'un bébé. Le reste est sans surprise et les effets spéciaux n'impressionnent plus personne aujour- d'hui. Les enfants trouveront sans doute certaines scènes amusantes. Les parents, par contre...

Distribué par Melimédias.

© La Dernière Heure 2005