Olivier est passionné de cinéma. Chaque année depuis 1985, au mois de mai, il voit défiler dans "son" bar, L’amiral, un lieu paisible au rez-de-chaussée du luxueux et mythique hôtel Martinez, les plus grands noms du grand écran. 

On ne s’étonne dès lors pas de trouver dans la longue liste de ses cocktails - à déguster près du piano ou en bord de piscine - un Palme d’or ou un autre Ocean Drive (typiquement hollywoodien).

Des anecdotes, Olivier en a à la pelle. Des photos avec des célébrités habituées des lieux aussi. Alain Chabat, Gérard Depardieu, Alain Delon - "très sympathique". Ce dernier est plutôt du genre champagne, nous glisse Olivier. Tandis que les stars américaines s’aventurent, elles, davantage vers des cocktails. "Et sans alcool quand elles ont une montée des marches qui suit". Certaines aiment prendre du temps pour elles, dans la tranquillité de L’Amiral en commandant quasi systématiquement du thé, comme l’Anglaise Kristin Scott Thomas. Le savoir-faire d’Olivier et son équipe font le reste. Les barmen du luxueux hôtel adaptent leurs breuvages aux goûts de leurs célèbres clients. Et font rêver…

La gent féminine se laissera généralement davantage séduire par du vin ou des cocktails au doux goût de pâtisserie comme le Black Candy ou le Lemon Tree qui rappelle la tarte au citron. D’autres stars se remettent totalement à l’expérience d’Olivier, comme il y a quelques années Quentin Tarantino. "Lui est vraiment un habitué du festival. Il est une fois arrivé au bar et m’a demandé de lui faire un petit cocktail de mon choix. Je lui ai dit que je lui en faisais un un peu comme un Mojito… et là j’ai réalisé qu’il ne connaissait pas le Mojito !" Olivier est donc celui qui a fait découvrir l’un des classiques du cocktail au réalisateur de Kill Bill

Parfois même, c’est la vedette qui va inspirer le barman, comme il nous le raconte : "On avait organisé un concours de cocktails et Sean Connery était dans l’hôtel, c’était hors festival. J’ai donc donné son nom au cocktail… mais lui avait mal compris. Il pensait que je voulais commercialiser son nom !" Impossible cependant, des dizaines d’années et des centaines de stars plus tard, pour Olivier de se souvenir de la composition de son Sean Connery !