Spring breakers: un film interdit aux moins de 16 ans, malgré la présence de Vanessa Hudgens et de Selena Gomez

SPRING BREAKERS Le phénomène est typiquement américain. Au printemps, les étudiants friqués s’offrent une pause au soleil pour se livrer à tous les excès possibles et imaginables. Mais Faith, Candy, Brit et Cotty n’ont pas les moyens de s’offrir cette virée. Dont elles rêvent. Alors, les trois dernières braquent un snack et embarquent avec elles leur copine plus sage. Direction la Floride et ses partys interminables rythmées par la techno, l’alcool, la drogue et le sexe. Durant ces journées, tout semble possible. Et chacun rêve que cela dure toute la vie. Mais une arrestation remet tout en cause. Et les quatre amies n’échappent à deux nuits de prison supplémentaires que grâce à l’intervention généreuse mais pas désintéressée d’Alien, un truand local.

(;;;;

NOTRE AVIS . Ne vous laissez pas berner par le casting composé d’idoles des préados (Vanessa Hudgens et Selena Gomez en tête) : Spring breakers ne s’adresse pas du tout à elles. Et se trouve d’ailleurs enfants non admis.

De même, n’espérez pas vous rincer l’œil ou vous encanailler en raison de l’interdiction aux moins de 16 ans. Sous des aspects provocateurs et des images flashy, Harmony Korine filme un film terriblement conventionnel. Qui ne va jamais au bout de son propos. Les images, même de pseudo-orgies ou des scènes de sexe dans la piscine, restent très sages, comme s’il ne fallait surtout pas trop choquer. Alors que c’est censé être le sujet même du film !

Les dérapages des filles tentées par la violence et l’argent facile ne sont là que pour mettre en garde contre les risques d’une conduite hors des sentiers balisés. Le dénouement, qu’on ne peut hélas dévoiler, et la morale qui l’accompagne trouveraient leur place dans n’importe quelle production hollywoodienne conservatrice.

Le cynisme de façade ne sert qu’à renforcer cette conclusion répétée de nombreuses fois : il faut être quelqu’un de bien dans la vie et parfois se perdre pour retrouver le droit chemin. Les quelques moments de grâce (James Franco chante du Britney Spears au piano entouré de son gang de filles encagoulées de rose et mitraillette à la main) et les images clinquantes ne suffisent hélas pas à rendre l’ensemble attractif ou à donner un peu d’épaisseur psychologique à des personnages caricaturaux.

Spring breakers

Drame

Réalisé par Harmony Korine

Avec Vanessa Hudgens, Selena Gomez, James Franco

Durée 1 h 32



© La Dernière Heure 2013