Jean-Paul Belmondo ému comme jamais lors de l’hommage que lui a rendu la Belgique hier soir

BRUXELLES “Bravo, merci !” C’est sous les acclamations du public massé dans les couloirs du Palais des Beaux-Arts que Jean-Paul Belmondo a fait son entrée hier soir pour l’hommage qui lui était rendu, avec à son bras sa compagne belge, Barbara Gandolfi, particulièrement séduisante dans une robe rouge. Juste derrière lui, Charles Gérard, son inséparable ami de 60 ans.

Bébel salue les spectateurs qui lui dressent une véritable haie d’honneur, puis disparaît sous les flashs des appareils photos. Il faudra encore attendre une petite heure pour que la soirée commence. Peu après 20 h, la cérémonie d’hommage peut débuter. “Quand on aime la vie, on a tous en nous quelque chose de Jean-Paul Belmondo” , lance le présentateur de la soirée, Michel De Maegd. Dans la salle, Paul Belmondo, le fils de Bébel applaudit. Après quelques discours (où l’on apprend notamment que lorsqu’on lui a annoncé que la Belgique voulait lui remettre la médaille de l’Ordre de Léopold, Belmondo a répondu, “Si c’est Léopold qui me la donne, je viens ”), le moment que tout le monde attend arrive.

Au son de la musique de l’As des as , le rideau s’ouvre et laisse apparaître un Belmondo resplendissant, accoudé à une table, avec un sourire lumineux. Il a beau avoir 79 ans et garder des séquelles de son AVC, il demeure le Magnifique . Il n’a pas perdu une once de sa superbe. Son aura est intacte et le public lui réserve une véritable standing ovation. On sent d’ailleurs très bien qu’il est plus ici pour les spectateurs que pour l’hommage solennel.

Je ressens beaucoup de joie de voir que je suis aimé par les Belges” , s’exclame la star. “Je ne sais pas quoi dire, je suis très ému. ” Arrive alors Jean Dujardin, venu en invité surprise. “À 14 ans, je l’imitais déjà quand il jouait dans le Magnifique”, se rappelle l’interprète de The Artist . “Si je devais lui décerner un Oscar, ce serait celui de la générosité ! ” C’est enfin le moment de la remise de la médaille de l’ordre de Léopold (la plus haute distinction honorifique remise par notre pays), des mains du ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders. En bonus, Bébel recevra aussi un Coq de cristal de la Communauté Wallonie-Bruxelles remis par la ministre de la Culture, Fadila Laanan.

C’est le moment d’une dernière ovation. Face aux clameurs de la foule, le Solitaire craque et se met à pleurer. Plus tard, dans sa loge, alors que les spectateurs regardent Itinéraire d’un enfant gâté , l’acteur dira : “Je n’en reviens pas d’avoir pleuré comme ça. J’ai rarement été aussi ému. ” Une émotion sincère qu’il a partagée avec toute une salle. C’est un grand Monsieur qu’on a vu hier soir.



© La Dernière Heure 2012