Minions : The Rise of Gru (un clin d’œil à la saga Star Wars) est programmé au cinéma le 3 juillet 2020.

On a tendance à l’oublier, mais nos voisins d’outre-Quiévrain se chargent de nous le rappeler lors de chaque nouvelle aventure démoniaque de Gru ou de ses acolytes : derrière Moi, moche et méchant et les Minions se cache un créateur français, Pierre Coffin. Un créateur à part, qui n’était pourtant pas particulièrement désireux d’inventer ses suppositoires jaunes affublés d’une salopette en jeans. "Je n’arrivais pas à dessiner des humains", a-t-il déclaré à Télérama. À l’école, les copains crayonnaient des jolies pépées et moi, je ne pouvais faire que des bestioles, des nounours, des koalas. Je n’arrivais pas non plus à copier le style Walt Disney, ce qui aurait pu m’aider professionnellement. J’étais prisonnier de mon style à moi. Au départ, les Minions étaient des trolls, une armée de gros balèzes. Mais nous avons préféré nous éloigner de la ressemblance humaine. Nous sommes passés par tous les stades, jusqu’au crapaud jaunâtre à grosses lunettes. Finalement, j’ai pensé qu’il fallait se concentrer sur l’expression, les yeux et la bouche. Et c’est devenu ce bonhomme très simple, un peu à la japonaise."

La sauce a tellement bien pris que la saga a déjà rapporté, à ce jour, 3,7 milliards de dollars. Et donc, fort logiquement, elle connaîtra une suite, programmée dans les salles le 3 juillet 2020. Même si rien ou presque n’a filtré concernant le scénario (les Minions sont une nouvelle fois à la recherche d’un maître du Mal), le titre laisse supposer quelques références à la saga Star Wars. Le studio Illumination a en effet opté pour Minions : The Rise of Gru. Mais alors que L’ascension de Skywalker marque la fin de la série, celle de Gru retrace plutôt ses débuts, qui lui permirent de séduire les Minions par sa méchanceté.

Une histoire que les enfants pourront inventer à leur guise tout en jouant avec des briquettes à empiler. Lego a en effet signé un partenariat pour proposer, l’an prochain, toute une gamme de bâtiments inspirés par les Minions. De quoi rire jaune quand ils le veulent, tout en inventant des onomatopées susceptibles de rendre dingos de nombreux parents. 2020 s’annonce bien…