Le Gendarme et les gendarmettes avait été son dernier film

PARIS Le 27 janvier 1983, voici trente ans aujourd’hui, on apprenait la mort de Louis de Funès. Il avait 68 ans et une carrière atypique puisque son premier vrai succès au cinéma, Le Gendarme à Saint-Tropez, date de 1964 : il est devenu une star à… 50 ans !

Jusque-là, il avait tourné dans 124 films : des seconds rôles. En 1958, il eut une apparition remarquée dans un film culte, La traversée de Paris, avec Jean Gabin et Bourvil. Sa cote monta subitement et l’année suivante, au théâtre, on lui offrait un premier rôle dans Oscar. Les critiques l’encensent.

En 1961, il est de nouveau en tête d’affiche dans une autre pièce, Pouic Pouic. Des producteurs de cinéma achètent les droits et confient l’adaptation à un réalisateur qui s’est spécialisé dans les comédies à trois sous et qui, jusque-là, a surtout dirigé Darry Cowl. Il s’appelle Jean Girault. Pouic Pouic, le film, est un succès.

Dans la lancée, les producteurs refilent à Jean Girault un autre film qui, au départ, ne doit être qu’une gentille petite comédie : Le gendarme à Saint-Tropez. Girault adore l’humour de De Funès et fait appel à lui. Ce Gendarme sera le premier d’une série de six et, depuis, plus aucun touriste ne visite Saint-Tropez sans aller voir la façade de sa gendarmerie.

De Funès était difficile à diriger dans la mesure où, dès lors que le film s’appuyait sur son nom et sa réputation, il voulait avoir son mot à dire. Il avait tendance à vouloir diriger son directeur.

Jean Girault accepta le principe et dirigea dix fois Louis de Funès. Le gendarme et les gendarmettes fut leur dernier film à tous les deux. Jean Girault est mort pendant le tournage, le 24 juillet 1982. Six mois avant son ami.



© La Dernière Heure 2013