La reine de la pop signe W.E., un étonnant long-métrage sur Wallis Simpson

LOS ANGELES Madonna est décidément une artiste multifacettes. L’année dernière, alors qu’on la croyait en pleine préparation de son album, à tourner ses clips en minishort à paillettes et à rameuter les foules à chaque apparition, elle travaillait en réalité sur un film, un long-métrage, qu’elle a réalisé de A à Z : W.E. W.E . non pas pour Week-end with Madonna, mais bien W.E . pour les initiales de Wallis Simpson et Édouard d’Angleterre, historiques personnages qui ont marqué l’Angleterre des années 30. Fascinée par l’histoire d’amour entre cette jeune femme divorcée deux fois et le roi d’Angleterre qui a abdiqué pour épouser la femme qu’il aimait, la Madone a réalisé ce bijou d’esthétisme sorti aux États-Unis en décembre 2011.

“Je voulais comprendre l’amour que le roi d’Angleterre avait pour cette femme. Qu’avait-elle de si spécial pour que cet homme abandonne tout par amour pour elle ? Les hommes sont attirés par le pouvoir et lui a préféré choisir l’amour. Je voulais voir si nous étions face à l’une des plus belles histoires d’amour du XXe siècle” , a expliqué à la presse une Madonna différente, une Madonna fascinée par l’Europe d’avant-guerre. “L’Europe était un endroit merveilleux avant la Seconde Guerre mondiale. Les choses ont changé après 1945” , dit celle qui maîtrise visiblement son sujet pour se l’être approprié merveilleusement bien dans W.E.

Mais on connaît la mauvaise réputation de Madonna derrière la caméra. Assaillie de critiques dès qu’elle ose s’approcher d’un plateau de cinéma, la reine de la pop a, à nouveau, subi un flot d’injures pour W.E. On parle de gros flop, de ratage complet. On se moque, on rigole. Les éminents critiques de la Mostra de Venise, où la star a présenté son film en septembre dernier, se sont fait un plaisir de le descendre en flèche, le torpillant avant même sa sortie en salles. Apprécier un film de Madonna, aussi joli soit-il, n’est décidément pas vu d’un très bon œil dans le milieu. Elle devrait peut-être prendre un pseudo lorsqu’elle signe un long-métrage. Son film, très réussi, n’a franchement pas reçu les critiques qu’il aurait dû recevoir.



© La Dernière Heure 2012