La blonde torride du Loup de Wall Street apporte une belle dose d’humour déjanté à Suicide Squad.

Depuis son apparition torride, totalement nue dans l’entrebâillement d’une porte face à Leonardo DiCaprio dans Le loup de Wall Street, Margot Robbie est LA nouvelle bombe blonde d’Hollywood. À qui il ne restait plus à prouver que son talent de comédienne est à la hauteur de son physique.

Mission accomplie avec Suicide Squad. Couette blonde de petite fille sage qui virent au bleu ou au rose, rouge à lèvres qui déborde de partout, short aussi minimaliste que les envies de Donald Trump d’accueillir des Syriens sur son territoire et t-shirt moulant toujours prêt à exploser, elle transforme avec beaucoup d’autodérision le stéréotype de la ravissante idiote en amoureuse éperdue (du Joker) sûre d’elle, de son charme et de sa redoutable batte de base-ball. Par amour, Harley Quinn est prête à tout. Vraiment tout.

"Harley est un personnage formidable à incarner, explique-t-elle. C’est une vraie badass multidimensionnelle. Comme tous les membres du groupe, elle n’a pas envie d’être là. C’est ça qui est vraiment intéressant dans Suicide Squad : ce n’est pas une réunion de good guys qui sauvent le monde. Ils ont tous des facettes vraiment moches. Ce sont des méchants réunis pour faire de bonnes choses, essentiellement sous la contrainte."

Six mois d’entraînement physique furent nécessaires pour se sentir à l’aise dans ce rôle très exigeant. Et déroutant. "Au début, c’est chacun pour soi mais ensuite, on les voit s’unir pour lutter contre le véritable ennemi, vraiment démoniaque. Mais ils sont tous un peu fous et imprévisibles. Il est donc impossible de savoir ce qui va se passer."

Harley est sans aucun doute la plus barrée de tous. "Elle a un sens de l’humour inouï, elle est forte et intelligente, mais elle fond littéralement pour le Joker." Les spectateurs, eux, vont fondre pour elle.