Quand, en 1990, Michael Crichton publie Jurassic Park, le public se rue sur son roman de science-fiction, mais les scientifiques se gaussent. Retrouver l'ADN de dinosaures à partir du sang de moustiques préservés depuis des millions d'années dans de l'ambre, l'idée peut paraître séduisante. Mais il se trouve que l'ambre contient des composés chimiques qui détruisent l'ADN...

Qu'importe: c'était de la fiction, Michael Crichton avait bien le droit de rêver et Steven Spielberg d'en faire un grand spectacle qui a révolutionné l'histoire des effets spéciaux en 1993.

Aujourd'hui, ils sont rejoints par Max Hodak, un associé d'Elon Musk, qui estime que sa société, Neuralink, dispose des connaissances scientifiques nécessaires pour ouvrir un tel parc. "Nous pourrions probablement construire un Jurassic Park si nous le voulions, écrit-il sur Twitter. Ce ne seraient pas des dinosaures génétiquement authentiques, mais... (Il faudrait) peut-être que 15 ans d'élevage et d'ingénierie pour obtenir de nouvelles espèces super exotiques."

Bon, comme le dit le Pr Malcolm (incarné par Jeff Goldblum à l'écran), "Ce n'est pas parce qu'on peut le faire qu'on doit le faire." Et quinze ans d'attente, c'est long. On en est donc encore très loin. Mais il serait étonnant que l'idée ne séduise pas, un jour ou l'autre, un investisseur désireux de faire du neuf avec du vieux et de ringardiser les autres parcs d'attraction...