Bienvenue en Afrique. Tourné au Ghana

BRUXELLES On ne badine pas avec l’immigration clandestine en Autriche ! Rösler, un flic aussi stupide que zèlé, prend généralement un malin plaisir à traquer les blacks qui veulent s’introduire illégalement dans son beau pays blanc. Aussi, quand Isaac, ressortissant ghanéen déjà fiché sur Interpol pour détention de faux papiers, lui glisse entre les pattes, il n’a plus qu’une chose en tête. Le recravater au plus vite. Mieux : il sera bientôt chargé, avec un collègue, de le reconduire personnellement à Accra, la capitale ghanéenne. Mais une fois arrivés sur place, nos deux policiers autrichiens vont rapidement s’apercevoir qu’en Afrique, les choses ne se passent pas de la même manière que dans leur bon vieux faterland…

Inspiré par une histoire vraie qui secoua le pays de Mozart et de Sissi voici quelques années – l’affaire Marcus Omofuma -, Bienvenue en Afrique est un amusant pamphlet antiraciste signé Andreas Gruber. Le film a été tourné en grande partie sur les lieux même de ce drame en réalité plus comique que tragique. Par rapport à l’histoire réelle, l’auteur a pris de larges libertés, préférant un ton ironique mieux à même, selon lui, de distiller le message antiraciste qu’il véhicule ostensiblement. Du coup, nos deux gestapistes d’opéra sont transformés en Caliméros. Cette inversion des rôles s’accompagne certes de l’une ou l’autre exagération, et si l’ensemble n’atteint pas la perfection, il faut admettre qu’on s’amuse plutôt bien, grâce notamment au jeu de Georg Friedrich, plus vrai que nature dans le rôle du flic raciste.